Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125087
L ENGIN j  232  
substituant un frottement sur les tourillons a un choc produit par une 
brusque tension. 
(les engins a contre-poids furent en usage jusqu'au moment oii l'ar- 
tillerie a feu vint remplacer toutes les machines de jet du moyen fige. 
Le savant bibliophile M. Pichon possede un compte (attachement) de 
Ce quia ete paye pour le transport d'un de ces engins en 4378, lequel 
avait servi au siege de Gherbourg. Voici ce curieux document, que sou 
possesseur a bien voulu nous communiquer: a La monstre Thomin 
a le bourgois de Ponlorson gouverneur de l'engin de 1a dite ville, du 
a maistre charpentier, de V autres charpentiers, de X mzicons et can- 
a cours, de XL tendeurs et XXXI charrets a compter le cariot qui porte 
w la verge (Yiceluy engin; pour trois charreltiers qui sont ordennes 
a servir celui engin au siege de Gherbourt, venu a Garent-an, et nous 
a Endouin Ghanneron, dotteur en la seigneurie, bailly de Gostentin et 
a Jehan des lles, bailly illec pour le roy notre sire es terres qui furent 
u au roy de Navarre, comis et deputez en ceste partie, de par nos sei- 
a gneurs les generaulx (ommis du roy notre sire pour le fait dudit 
u siege; le XV jour de novembre l'an MGCCLXXVIII. 
a Et premierement: 
a Le dit Thomin, le maistre gonduom du dit engin, X jours. X F 
avaultpourXjours.               (IT 
a Soine ci-dessus. 
a Michel Roulfe, maistre charpentier dudit engin, X jours. V F 
uvaultpourXjours.              G1" 
u E10. v 
Suit le compte des charpentiers, macons, tendeurs, charrettes et 
chevaux. Cet attachement fait connaitre l'importance de ces machines 
qui exigeaient un personnel aussi nombreux pour les monter et les 
faire agir. Le chiffre de quarante tendeurs indique ainsi la puissance 
de ces engins : car, en supposant qu'ils fussent divises en deux bri- 
gades (leur service etant tres-fatigant, puisqu'ils etaient charges de la 
manoeuvre des treuils), il fallait donc vingt tendeurs pour abaisser 
la verge du trehuchet. Les macons etaient probablement enlployes a 
dresser les aires de niveau sur lesquelles on asseyait l'engin 1. Pierre de 
Vaux-Cernay, dans son Histoire des Albzgeois, parle de nombreux man- 
gonneaux dresses par Farmee des croises devant le chateau des Termes, 
et qui jetaient contre cette place des pierres enormes, si bien que ces 
projectiles firent plusieurs breches. Au siege du chäteau de Minerve 
(en Minervois), dit ce meme auteur, a on eleva du cote des Gascons 
1 On peut encore constater l'importance de la construction de ces engins en consultant 
les anciens comptes et inventaires de forteresses. Quand, en 1428, on detruisit l'engin 
etabli sur la tour Saint-Paul il Orlüans, pour le remplacer par une bombarde, la char- 
pente de cette machine de guerre, qui etait ou un trebuchct ou un mangonneau, remplit 
vingt-six voitures, qui furent conduites Ü. la chambre de la ville. (Jollois, Histoire du 
siefge d'0rle'ans, chap. I". Paris, 1833.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.