Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125075
 231  [ ENGIN '_l 
brusquele depart du projectile, qui autrementaurait quitte le ra_von en 
seloignant de l'engin presque verticalement. (Tetait pour determiner 
cette secousse quetait fait le sous-tendeur P. Si ce sous-tendeurP 
etait attache en P', par exemple, de maniere a former avec la verge et 
la queue de la fronde le "triangle P'OR, la queue 0P' ne pouvait plus 
sortir de l'angle P'OH, ni se mouvoir sur le plan de rotation 0. Mais le 
projectile C, continuant sa course, forcait la poche de fronde a obeir 
a ce mouvement dimpulsionjusqueu moment ou cette poche se ren- 
versant tout a fait, le projectile, abandonne a lui-meme, etait appele, 
par la force centrifuge et la force dimpulsion donnee par Parret 
brusque du sous-tendeur, a decrire une parabole UE. 
Si, comme l'indique le trace S, le sous-tendeur P etait fixe en P", 
Cfest-it-dire plus pres de l'attache de la queue de la fronde, et formait 
un triangle P"0'R' dont l'angle 0' etait moins obtus que celui de l'exemple 
precedent, la secousse se faisait sentir plus tot, la portion de la fronde 
laissee libre decrivait une portion de cercle  ou plutot une 
courbe  par suite du mouvement principal de la verge; le pro- 
jectile  abandonne a lui-meme sous le double mouvement de la 
force centrifuge principale et de la force centrifuge secondaire occa- 
sionnee par Farret P", etait lance suivant une ligne parabolique  se 
rapprochantplus de laligne horizontale que dans l'exemple precedent. 
En un mot, plus le sous-tendeur P etait roidi et fixe pres de l'attache 
de la fronde, plus le projectile etait lance horizontalement; plus, au 
contraire, ce sous-tendeur etait lache et attache pres de la poche de 
la fronde, plus le projectile etait lance verticalement. Ces sous-ten- 
deurs etaient donc un moyen necessaire pour regler le tir et assurer 
le depart du projectile. 
S'il fallait Päglel" le tir, il fatllait aussi eviter les effets destructeurs du 
contre-poids qui, arrive a son point extreme de chute, devait occa- 
sionner une secousse terrible a la verge et briser tous les assemblages 
des contre-fiches. A cet effet, non-seulement le mouvement du contre- 
poids etait double, dest-a-dire que ce contre-poids etait attache adeux 
bielles avec deux tourillons, mais encore souvent aux bielles mcmes, 
etaient fixes des poids en bascule, ainsi que le font voir nos figures 
precedentes. Voici quel etait l'effet de ces poids T. Lorsque la verge 
se relevait brusquement sous l'influence de la huche chargee de terre 
Ou de pierres, les poids T, en descendant rapidement, PXOPQHlGHL une 
influence sur les bielles au moment ou la huche arrivait au point 
extreme de sa chute et ou elle etait retenue par la resistance opposee 
parla verge. Les poids n'ayant pas a subir directement cette resistance, 
continuant leur mouvement de chute, faisaient incliner les bielles 
suivant une ligne glz et detruisaient ainsi en partie le mouvement de 
secousse imprime par la tension brusque de ces bielles. Les poids T 
decomposaient, jusque un certain point, le tirage vertical produit 
par la huche, et neutralisaient la secousse qui eut fait rompre tous les 
tourillons, sans alterer en rien le mouvement rapide de la verge, en
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.