Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1125009
[ ENGIN ]  224  
Des machines analogues a celle-ci servaient aussi Z1 lancer des traits ; 
mais nous y reviendrons bientot en parlant des grandes arhaletes ä tour. 
Nous allons continuer la revue des engins propres a jeter des pierres 
ou autres projectiles en bombe. 
Villard de Honnecourt 1 nous donne le plan d'un de ces grands 
trebuchets ä contre-poids si fort employes pendant les guerres des 
xne et Xllle siecles. Quoique Yelevation de cet engin manque dans le nia- 
nuscrit de notre architecte picard du X111" siecle, cependant la figure 
qu'il presente et l'explication qu'il y jointjettent une vive lumiere sur 
ces sortes de machines. Villard ecrit au bas de son plan la legende sui- 
vantef : a Se vus voles faire le fort engieng con apielc trebucet prendes 
u ci gard. Ves ent ci les soles si com il siet sorterreNes ladevant les .ij. 
u windas3 et le corde ploie a coi ou ravale la vergfLVeir le poes en cele 
f Voyez l'Albu1n de Villard de Honnecourt, publie par MM. Lassus et Alfred Darcel 
(Paris, Delion, edit. 1858), et Pedition anglaise publiee par M. Willis (Oxford, Parker). 
2 lt Si vous voulez faconner le fort engin qu'on appelle trebuchet, faites ici attention. En 
a voici les sablieres comme elles reposent a terre. Voici devant les deux treuils ct la corde 
u double avec laquelle on ravale la verge. Voir le pouvez en cette autre page. Il y a grand 
il faix a ravaler, car ce contre-poids est tres-pesant; car il se compose d'une huche pleine 
K( de terre qui a deux grandes toises de long, sur neuf pieds de large et douze pieds de 
u profondeur. Et au decocher de la ileche (de la cheville), pensez! et vous en donnez 
u garde, car elle doit etre maintenue ä cette traverse du devant. n 
a un. Lassus et Darcel ont traduit tuindas par ressort. Wfindas ou guindas sont em- 
ployes, en vieux francais picard, comme cabestan et comme treuil, comme cylindre autour 
duquel s'enroule une corde. Perrault, dans sa traduction du chapitre : De balistarum 
Htliüllftbltä" (Vitruve, lib. X, cap. XYI), se sert du mot vimlas dans le sens de treuil et non 
de cabestan; aujourddnli on dit encore une guinde, en langage de machiniste de theatre, 
pour designer une cordellc s'enroulent sur un cylindre horizontal ou treuil; d'on guiiuler, 
qui veut dire, en style de machiniste, appuyer sur le treuil, dest-a-dire le faire tourner 
de maniere fi enrouler la corde soutenant un fardeau. Diego Veano, dans la Vraie instruc- 
tion de l'artillerie (Francfort, 1615, p. 122, fig.  donne un cric qu'il nomme martinet 
en francais, ioinde en ilamand ; puis une chevre s. soulever les pieces, qu'il appelle guindal. 
Windas n'etait donc pas, comme le croit M. Willis, un cabestan, dhpres 1'autorite de 
Lnhire et de Felibien, autorites trop recentes pour etre de quelque poids en ces matieres. 
M. Willis, dans Pedition anglaise de Villard de Honnecourt, releve avec raison l'erreur 
commise par les commentateurs frangais; mais il en conclut, ä. tort suivant nous, que les 
windas sont de petits cabestans fixes sur les deux branches anterieures du plan de Villard, 
branches qui sont evidemment des ressorts que M. Willis gratifie, dans la gravure jointe 
zfi son commentaire, d'assemblages omis par Villard; au contraire, notre auteur a le soin 
de faire voir que les deux branches doubles sont chacune d'un seul morceau, qu'elles 
sont faites au moyen de fourches naturelles. D'ailleurs les deux treuils horizontaux, win. 
(las, mentionne-s et traces par Villard, rendent la fonction des cabestans inutile, et une 
corde s'enroulent autour d'un cabestan ne saurait prealablement faire le tour d'un treuil 
horizontal, car alors le cabestan ne pourrait fonctionner a cause de la resistance de frot- 
tement qubifrirait le cfiblo enroule sur le treuil. M. Willis aurait du supposer des poulies 
et non des treuils; mais le dessin de Villard n'indique des poulies qu'a Pextremite des 
ressorts. L'es commentateurs francais de Villard de Honnecourt ont donc, nous semble-t-il, 
compris la fonction des deux ressorts independante de celle des deux treuils horizon-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.