Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124974
 221  [ ENGIN i] 
Or, pour que les murs aient ete froisses, endommages parles caables, 
l faut admettre que les caables langaient. des blocs de pierre. Le Cüilble 
est donc une pierriere. c Une grande periere, que l'on claime chaalile, 
si grosse  a Guibert de Nogent, dans son Histoire des croisades i, 
parle des nombreuses balistes qui furent dressees autour des murailles 
de la ville de Cesaree par Farmee des chretiens. Ces caables ou chaables 
et ces balistes nous paraissent etre une imitation des engins a ressorts 
en usage chez les Romains et perfectionnes par les Byjzantins. Il est 
certain que ces engins avaient une grande puissance; car le meme 
auteur rapporte que ces machines vomissaient avec fureur les plus 
grosses pierres, qui, a non-seulement allaient frapper les murs exte- 
u rieurs, mais souvent meme atteignaient de leur choc les palais les 
u plus eleves dans Pinterieur de la ville n. Ces balistes etaient posees 
sur des roues, et pouvaient ainsi etre changees de place suivant le 
besoin; cetait la, d'ailleurs, une tradition romaine, car sur les bas- 
reliefs de la colonne Trajane on voit quelques-uns de ces engins poses 
sur des chariots traines par des chevaux. Beaucoup d'auteurs ont 
essaye, en s'appuyant sur les representations peintes ou sculptees 
du moyen age, de rendre compte de la construction de ces machines de 
jet; mais ces interpretations figurees nous paraissent etre en (lehors 
de la pratique et ressembler a des jouets d'enfants assez naivement 
concus. Cependant leur effet, bien qu'il ne put etre compare a celui 
produit par l'artillerie a feu, oceasionnait de tels desordres dans les 
travaux de fortification, qu'il faut bien croire aleurpuissance et tacher 
d'en donner une idee exacte. C'est ce a quoi nous nous attachons dans 
les figures qui vont suivre, et qui, tout en respectant les donnees 
generales que nous fournissent les vignettes des manuscrits et les 
bas-reliefs, sont etudiees comme s'il fallait en venir a Texecution. Bien 
entendu, dans ces figures, nous n'avons admis que les procedes me- 
caniques connus des ingenieurs du moyen fige. 
Voici donc d'abord un de ces engins, baliste, caable ou pierriere, 
mu par des ressorts et des cordes bridees, propre a lancer des pierres 
(fig. 7). La piece principale est la verge A, dont Fextremite inferieure 
passe dans un faisceau de cordes tordues au moyen de clefs B et de 
roues a dents C, arretees par des cliquets. Les cordes sont passees 
dans deux anneaux tenant a la tige a laquelle la roue a dents vient 
s'adapter, ainsi que l'indique le detail D. Ces cordes ou nerfs tordus 
a volonte a la partie inferieure de la verge avaient une grande force 
de rappela. Mais, pour augmenter encore la rapidite de mouvement 
que devait prendre la verge, des ressorts de bois et nerfs entoures de 
1 Guillaume de Tyr, liv. VI, chap. xv. 
2 Liv. Vll.    
"i On sait que les menuisiers tendent les lames de scie au moyen de cordes amadtoidläiä 
    e x10 
1L bridücs par un petit morceau de bois qui fait absolument leffet de la verge 
mgin.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.