Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124842
ENDUIT 
208 
(Parbalete. Si les enceintes exterieures etaient de maconnerie, 11an- 
quees de tours et munies de barbacanes, ces tours et barbaczines 
elaient ouvertes du cote de la ville, ouvertes a la gorge, comme on 
dirait aujourd'hui, aiin d'empocher les assiegeants (le s'y etablir apres 
s'en etre empares. 
Lorsqu'on veut se rendre compte des moyens d'investissement et 
(l'attaque des places fortes au moyen fige, on comprend parfaitement 
(le quelle valeur etaient les enceintes exterieures; aussi attachait-on 
a leur conservation une grande importance. Entre les deux enceintes, 
une garnison avait une entiere liberte d'action, soit pour se defendre, 
soit pour faire entrer des secours, soit pour prendre l'offensive en 
tentant des sorties. Dans les lices, les troupes assiegees sentaient une 
protection puissante derriere eux; elles pouvaient se porter en masse 
sur les points attaques en s'appuyant aux murailles interieures. (l'on, 
a cause de leur relief, on dirigeait leurs efforts, on leur envoyait des 
secours, on protegeait leur retraite. (Ifetait dans les lices que les assie- 
ges placaient leurs grands engins de guerre pour obliger les assiegeants 
a faire (les travaux d'approche, lents et fort difficiles a pousser sur un 
terrain pierreux. Si l'ennemi s'e1nparait d'une courtine ou d'une tour 
exlerieure, les assieges remparaient les lices en etablissant deux tra- 
verses a droite et a gauche de l'attaque, ce qui pouvait empecher les 
assiegeants de s'approcher de l'enceinte interieure. (Voy. ARCHITECTURE 
MILITAIRE, BARBACANE, ÜHATEAU, PORTE, SIEGE, TOUR.) 
Dans les villes, on trouvait souvent plusieurs enceintes contiguäs. 
Les zilubayes possedaient leurs enceintes particulieres, ainsi que la 
plupart des cloitres des cathedrales ; les chäteaux, les palais et nieme 
certains quartiers etaient clos de murs, et leurs portes se fermaient 
la nuit. 
ENCLOSU RE, s. f. 
(pourpris, P0111)- 
CLÜTUHE. 
V0Y' 
ENCORBELLEMENT, s. m. Systeme de construction de pierre ou de 
bois formee (le corbeaux superposes, et qui permet de porter une 
charge en surplomb sur le nu d'un mur, d'une pile, d'un contre-fort. 
On dit construction en encorbellement, pour designer la partie d'une bal- 
lisse posee sur un encorbellement. (Voy. CONSTRUCTION, fig. 40, 81, 82, 
96, 1101, f128-1137; ECHAUGUETTE, MACUICOULIS.) 
ENDUIT, s. m. Gouverte de mortier, de plätre ou de blanc en bourre, 
posee sur une maconnerie de moellon, de brique, parfois nleme sur 
(le la pierre de taille, afin d'obtenir une surface unie, homogenc, 
propre a recevoir de la peinture.  
Les Grecs Inettaient des enduits sur toutes leurs constructions, a 
lexhirieur comme ä llinterieuif, a moins qu'elles ne fussent faites de 
marbre blanc. Encore coloraient-ils cette derniere inatilzre, pour eviter 
l'aspect froid et uniforme de surfaces d'une meme couleur et. pour 
(listinguer les divers membres de l'architecture. L'enduit qu'ils posaient
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.