Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124812
203 
Gomme aujourd'hui, les ingenieurs militaires se preoccupaient de 
masquer les embrasures lorsqu'on chargeait les pieces en batterie. 
A cet effet, ils employaient des claies epaisses, des volets glissant sur 
des coulisses, des rideaux detoupe capitonnes. De tous ces moyens, 
un des plus ingenieux est celui que nous donnons (fig. 12). En A, on 
voit la plate-forme de charpente recouverte de madriers sur laquelle 
roule la piece en batterie. Contre la paroi interieure du parapet est 
1e bati B, muni, a sa partie superieure, d'un volet triangulaire roulant 
sur un axe et mü par deux leviers G. La piece chargee, on ttppuyait 
sur les deüx leviers juste ce qu'il fallait pour pouvoir pointer; sitot la 
balle partie, on laissait retomber le volet, qui, par son propre poids, 
reprenait la position verticale. 
Les enibrasures ont de tout temps fort preoccupe les architectes ou 
ingenieurs militaires, et, apres bien des tentatives, on en est revenu 
toujours aux clayonnages, aux formes en terre pour les batteries de- 
oouvertes. Quantaux embrasures des batteries couvertes ou casemates, 
on n'a pas encore trouve un systeme qui presentäit des garanties de 
duree contre des batteries de siege, et depuis le xvie siecle, sous ce 
rapport, l'art de la fortification n'a pas fait de progres sensibles. 
ENCEINTE, s. f. Murs de palissades entourant une ville, un bourg 
ou un camp. Les Gaulois, au dire de Gesar, faisaient des enceintes de 
villes, de bourgades ou de camps fortifies, au moyen de troncs d'arbres 
entremeles de pierres. Les Germains les composaient de palissades de 
bois entre lesquelles on amassait de la terre, des branches d'arbres, 
de l'herbe, de faqon a former une veritable muraille tries-propre 
a resister aux efforts du belier; le feu melne n'avait que peu de prise 
sur ces ouvrages, presque toujours humides. Les Romains, dans leurs 
camps d'hiver (camps permanents), employaient a peu pres les memes 
procedes, ou se contentaient d'une levee de terre couronnee par une 
palissade et protegee exterieurement par un fosse. Habituellement les 
portes de ces camps etaient defendues par une sorte d'ouvrage avance 
(clavicula) ressemblant assez aux barbacanes du moyen age (fig. l). 
En A, etaient des ponts de bois jetes sur le fosse, et en B, la porte du 
camp. Ce melange de pierre etde bois employe dans les enceintes des 
villes ou camps gaulois donna Pidee a quelques-unes des peuplades d? 
ce pays d'obtenir des remparts vitrifies, par consequent d'une durete 
et. d'une cohesion completes. Il existe, a vingt-huit kilometres de Saint- 
Brieuc, une enceinte ovale composee de granit, d'argile et de troncs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.