Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124271
 151  [ ECHELLE ] 
joursaussipuissante.Ainsilaissons donclalesrapports de la colonne des 
ordres antiques, qui n'ont rien a faire avec le systeme (le construction 
de l'architecture du moyen äge. Ne comparons pas des modes opposes 
parleurs principes memes. Les architectes gothiques et meme romans 
(111 Nord n'ont pas, a proprement parler, connu la colonne; ils n'ont 
connu que la pile. Cette pile, quand l'architecture se perfectionne, ils 
la decomposent en autant de membres qu'ils ont d'arcs a porter : rien 
n'est plus logique assurement. Ces membres ont des pressions egales 
011 a peu pres egales a recevoir; ils admettent donc qu'en raison de 
Tätendue des monuments, ils donneront a chacun d'eux le diametre 
convenable, 1 pied, 15 pouces, ou 18 pouces, comme nous l'avons 
demontre plus haut : cela est encore tries-logique. Ils poseront ces 
membres reuuis sur une base unique, non faite pour eux, mais faite 
pour l'homme, comme les portes, les balustrades, les marches, les 
appuis, sont faits pourfhomme et non pourles monuments. Cela n'est 
pas conforme a la donnee antique, mais c'est encore conforme a la 
logique, car ce ne sont pas les editices qui entrent par leurs propres 
portes, qui montent. leurs propres degres, ou s'appuient sur leurs pro- 
pres balustrades, mais bien les hommes. Ces membres, ou fractions de 
piles, ces points d'appui, ont, celui-ci un arc a soutenir a 5 metres du 
Sol : on Farrele a cette hauteur, on pose son chapiteau (qui n'est qu'un 
encorbellement propre a recevoir le sommier de l'arc : voy. CHAPITEAU) ; 
Cet autre doit porter son arc a 8 metres du sol : il s'arrete a son tour 
ä ce niveau; le dernier recevra sa charge a 15 rnetres, son chapiteau 
sera place a 15 metres de hauteur. Cela n'est ni grec, ni meme romain, 
mais cela est toujours parfaitement logique- La colonne engagee 
gothique, qui s'allonge ainsi ou se raccourcit suivant le niveau de la 
Charge qu'elle doit. porter, n'a pas de module, mais elle a son echelle, 
qui est son diametre ; elle est cylindrique et non conique, parce qu'elle 
n'indique qu'un point d'appui recevant une charge passant par son axe, 
et qu'en supposant meme une deviation dans la resultante des pres- 
Sions, il est moins dangereux pour la stabilite de Feditice qu'elle puisse 
S'incliner comme le ferait un poteau, que si elle avait une large assiette 
s'opposant a ce mouvement. Son diametre est aussi peu variable que 
possible, quelle que soit la dimension de leditice, parce que ce dia- 
Inetre uniforme, auquel l'oeil s'habitue, paraissant grele dans un vaste 
monument, large dans un petit, indique ainsi la dimension reelle, sert 
d'echelle, en un mot, comme les bases, les arcatures, balustrades, etc. 
Mais comme les architectes du moyen age ont le desir manifeste de 
faire paraitre les interieurs des monuments grands (ce qui n'est pas 
un mal), ils evitent avec soin tout ce qui pourrait nuire a cette gran- 
deur. Ainsi ils evitent de placer des statues dans ces interieurs, si ce 
n'est dans les parties inferieures, et alors ils ne leur donnent que la 
dimension humaine, toutau plus. L'idee de jeter des figures colossales 
sous une voüte ou un plafond ne leur est jamais venue a la pensee, 
parce qu'ils etaient architectes, qu'ils aimaient l'architecture, et ne
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.