Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124145
[ ECHAUGUETTE 1  138  
a Ghambord, a Tanlay, a Ancy-le-Franc, et, plus tard, au chäteau de 
Richelieu en Poitou, de Blerancourt en Picardie, etc. Ce ne fut que 
sous le regne de Louis XIV, et lorsque les combles ne furent plus de 
mise sur les editices publics ou prives, que disparurent ces derniers 
restes de la guette du chateau feodal. 
Les combles des beffrois de ville etaient souvent munis dlächauguettes 
de bois. Gomme les combles des donjons, on a eu grand soin de les 
detruire chez nous, et il nous faut sans cesse avoir recours aux an- 
ciennes gravures, si nous voulons prendre une idee de leur disposition. 
La plupart des tours de beffrois des villes du Nord en France, elevees 
pendant les X1112 et xive siecles, etaient carrees 1; elles se terminaient par 
une galerie ferniee ou a ciel ouvert, avec echauguettes aux angles; de 
plus, le comble de (zharpente, tres-eäleve ettres-orne generalement (car les 
villes attachaient une sorte de gloire aposseder un betfrtii magnifique), 
etait perce de lanternes ou dechauguettes servant de guerite au guet- 
teur. Il nous faut bien, cette fois encore, emprunter aux pays d'entre- 
Ithin, pour appuyer nos descriptions sur des monuments. Itetournons 
donc a Prague, la ville des echziugtiettes, et celle dont l'architecture 
gothique se rapproche le plus de notre ecole picarde. 
Leglise paroissiale situee en face de Fhotel de ville possede deux 
tours sur sa facade occidentale, dont les couronnements affectent bien 
plutot la forme de nos beffrois municipaux du Nord que celle d'un 
clocher deglise. (les tours, a defaut d'autres renseignements existants, 
vont nous servir a reconstituer les echauguettes des tours de ville des 
XIVÜ et xve siecles. 
Sur un dernier etage carre (tig. 22) skipanouit un large encorbelle- 
ment decore decussons armoyes; aux quatre angles, cet encorbel- 
lement arrive a former des portions dbctogone, ainsi que l'indique le 
plan A. Une balustrade de pierre pourtourne le couronnement, et est 
surmontee aux angles de logettes egalement. de pierre, couvertes de 
pavillons aigus de charpente. En retraite, sur le parement interieui" 
de la tour, s'eleve un grand comble a huit pans, sur quatre faces du- 
quel sont posees des echauguettes de bois couvertes aussi de pyramides 
a huit pans. Tous ces combles sont ifevetus d'ardoises et de plomb, 
avec epis, boules, girouettes. Quatre petits combles diagonaux per- 
mettent de passer a couvert de la base de la charpente dans chacune 
des echauguettes d'angle. 
La figure 23 donne le detail de l'une des quatre echziuguettes supg- 
rieures du comble. (Tetait un couronnement de ce genre, mais plus 
somptueux probablement, qui devait terminer le betfroi de la ville 
d'Amiens, construitvers M110 etbrtile en 1562. Un guetteur avait charge, 
du haut de ce beffroi, de sonner les cloches pour annoncer le bannis- 
sement de quelque malfaiteur, les incendies qui se declaraient dans la 
" Les beffrois d'Amiens, de Bäthune, de Valenciennes, qni existc 
il y a peu dkunnäes, sont bätis sur plan carre. (Voy. BEFFROI.) 
nt ou 
existaient encore
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.