Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1124010
 125  [ ECHAUGUETTE ] 
lelevation exterieure de cet ouvrage, et en B sa coupe. Uechauguette 
s eleve beaucoup au-dessus de la courtine; elle est munie, a son som- 
met, comme celle-ci, de beaux niächicoulis de pierre sur sa face et ses 
geux retours; de plus, ainsi que le fait voir la coupe, au (iroit du mur 
aisanl fond entre les contre-forts, est pratique un second inächicoulis 
C, comme une rainure de 01'225 de largeur environ. Si Passaillant, se 
Pfesentait devant lechauguette, il recevait d'aplon1b les projectiles 
filmes par les machicoulis vus D, et, obliquemenlr, ceux qu'on laissait 
Oniber par le second mächicoulis masque C; car on observera que, 
äfflccau talus E, les boulets de pierre qu'on laisse choir par ce second 
äiaclncoulis deraient necessairenient ricocher sur le talus E et aller 
flpper les assaillants a une certaine distance du pied de läächauguette 
ffll fond du fosse. Les deux contre-forts, le vide entre eux et le talus 
fifilfent donc une defense de ricochet, faite pour forcer lassaillant 
H SL-loigner du pied du rempart, et, en seloignanl", a se presenter aux 
coups des arbaletriers garnissant les chemins de ronde de la courtine. 
10 bi; 
 
i 
H. 
Ces echauguettes flanquent les courtines, ainsi que le font voir les 
plans superieurs (fig. 10 et 10 bzs). Elles permettaient encore a un petit 
poste de se tenir a couvert, a Finterieur, sous la galerie G, et de se 
rendre instantanement sur le chemin de ronde superieur H, au premier 
appel de la sentinelle 1. 
La vue perspective interieure (fig. M) fait comprendre la disposition 
du petit poste couvert qui intercepte le passage au niveau du chemin 
de ronde de la courtine ; elle explique les degres quimontent a la plate- 
forme de l'echauguette, et rend compte de la construction de l'ouvrage. 
N'oublions pas de mentionner la presencc des corbeaux A, qui etaient 
places ainsi a linterieur du rempart pour recevoir une tiliere portant 
des solives et un plancher, dont l'autre extremite reposait interieure- 
ment sur des poteaux, afin d'augmenter la largeur du chemin de ronde 
en temps de guerre, soit pour faciliter les communications, soit pour 
deposer les projectiles ou etablir des engins. Nous avons explique 
ailleurs Futilite de ces chemins de ronde supplementaires (voy. ARCHI- 
TECTURE MILITAIRE, fig. 32 et 33). 
Ges sortes dechauguettes interrompant la circulation sur les cour- 
tines avaient, comme les tours, l'avantage d'obliger les rondes ä se faire 
Peconiniitre, soit par la sentinelle placee au sommet de l'ouvrage, soit 
' Le plan 10 est pris au milieu du parapet du chemin de ronde de la courtine; 101m" 
10 bis. au niveau du prapet de Ydchauguette.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.