Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123757
ECAILLES 
DOUELLE, 
(Test 
le parement 
intärieur 
d'un 
arc, qu'on däsigne 
9 
aussi sous le nom d'intrados. Dans une voüte, chaque claveau possäde 
sa douelle. A est la douelle du claveau repräsentä flgure l. 
E 
EBRASEMENT, s. m. Indique l'ouverture comprise entre le tableau 
d'une fenetre et le parement du mur interieur dlune salle. Uebrasement 
s'elargit du dehors au dedans, afin,de faciliter l'introduction du jour et 
aussi de degager les vantaux d'une croisee ouvrante (voy. FENETRE). 
äCAILLES, s. f. S'emploie seulement au pluriel, et designe une sorte 
d'ornementation fort usitee dans les edifices, au moyen äge, pour de- 
corer des rampants de contre-forts, des talus de cheneaux, des cou- 
ronnements de pinacles, des fleches de pierre, etc. Les ecailles sont 
evidemment une imitation de la couverture de bardeaux de bois ou 
essentes (voy. BARDEAU); aussi est-ce particulierement dans les pro- 
vinces ou cette sorte de couverture etait employee, dest-a-dire en 
Normandie, en Picardie, dans le Soissonnais et dans Flle-de-France, 
que les ecailles apparaissent sur les constructions de pierre a dater 
du xne siecle. En Normandie meme, il n'est pas rare, des le commen- 
cement de ce siecle, de voir certains parements verticaux, des fonds 
d'arcatures aveugles, par exemple, decores dccailles sculptees sur la 
pierre et presentantv une tres-faible saillie. (Yetait un moyen de distin- 
guer ces fonds au milieu des parties solides de la construction, de les 
colorer, pour ainsi dire, et de les rendre moins lourds en apparence. 
Les bas-reliefs des x18 et X119 siecles, dans lesquels sont figures des 
ediiices, montrent souvent les parements de ces edifices ainsi decores : 
nous en avons donne un exemple remarquable a l'article ARCHITECTURE 
nnmcnausn, fig. 47, et provenant d'un chapiteau de Peglise du Saint- 
Sauveur de Nevers. La curieuse eglise de Thaon, pres de Gaen, n0l1S 
montre une partie de ses parements exterieurs decoree d'ecailles de 
forme carree, rappelant ces revetements de bardeaux si fort en usage 
dans les constructions privees construites en pans de bois. (les ecailleä
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.