Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123743
[ DOSSERET ]  98  
ou cellules distinctes pour chaque religieux, et parfois meme ces cel- 
lules etaient richement meublees. Pierre le Venerfible s'en plaignait de 
son temps, et saint Bernard s'elevait avec son energie habituelle contre 
ces abus qu'il regardait comme opposes a lliumilite monastique. Aussi 
les premiers dortoirs des cisterciens semblent avoir ete des salles com- 
munes garnies de lits, mais sans separations entre eux. 
La figure 1 presente l'aspect exterieurdhn de ces dortoirs communs : 
c'est le dortoir du monastere de Ghelles (abbaye de femmes) ; il avait ete 
construit au commencement du xme siecle 1. Le rez-de-chaussee etait 
occupe par des celliers et un chauffoir; une epine de colonnes sup- 
portait la charpente formant deux berceaux lambrisses avec entraits 
apparents. Dans l'article ARCHITECTURE MONASTIQUE, nous avons eu l'oc- 
casion de donner un certain nombre de ces bätiments; il parait inutile 
de s'etendre ici sur leurs dispositions generales, leur forme et les 
fletails de leur architecture fort simple, mais parfaitement appropriee 
a llobjet. Ainsi, par exemple, les fenetres etaient habituellement com- 
posees d'une partie superieure dormante, percee surtout pour eclairer 
la salle, et d'une partie inferieure pouvant s'ouvrir pour Paerer (voyez 
FENiETnE). S1 les religieux possedaient chacun une chambre, on n'en 
donnait pas moins le nom de dortoir au batiment ou a Fetage qui les 
contenait, et particulierement au large couloir central qui donnait 
entree a droite et a gauche dans chaque cellule. Cependant il existait 
encore, au XVle siecle, des dortoirs de couvents de femmes disposes 
comme les clzambräes de nos casernes, (fest-a-dire consistant en plu- 
sieurs grandes chambres contenant chacune quelques lits. Nous en 
trouvons la preuve dans le Pantagruel de Rabelais 2. (z Mais, dist Fab- 
a besse, meschante que tu es, pourquoy ne faisois-tu signe a tes voi- 
e sines de chambre?  
DOSSERET, s. m3 C'est un bout de mur en retour d'equerre sur un 
autre, ortant un lintea d -t 
rets däne baie. u e pol e ou un arÜAfA (Üg- 1) Sont les dosse- 
' Voyez la Monogr. cfabbayes, biblioth. 
1 Liv. III, chap. xlx. 
Sainte-Geneviäve.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.