Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Dais-Fût]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122563
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1123701
L" DONJON ]  94   
sion, est en I. On voit encore quelques restes des defenses (le la baille 
E, mais converties aujourd'hui en murs de terrasses 1. Le donjon est 
detaille dans le plan du rez-de-chaussee X. Son entree est en L, et con- 
sistait en une etroite poterne avec pont a bascule? donnant sur un large 
escalier a vis montant de fond. Chaque etage contenait deux pieces, 
l'une grande et l'autre pluspetite, munies de cheminees et de reduits. En 
P est un puits. On voit en F le fosse et en M Fentree du chäteau, avec 
ses tours et son pont (letourne. La courtine C est defendue par des 
echauguettes exterieures flanquantes 0; tandis que la courtine B, qui 
n'avait guere a craindre une attaque du dehors, a cause de l'escarpe- 
ment, etait protegee a Pinterieur par des echauguettes flanquantes R. 
Par les tourelles S, S', baties aux deux extremites des courtines elevces, 
on montait sur les chemins de ronde de ces courtines au moyen d'es- 
caliers. En V etait une poterne descendant de la plate-forme sur l'es- 
carpement. Quand on examine la situation du plateau, on s'explique 
parfaitement le plan du donjon d'angle, dont les faces exlerieures enfi- 
lent les abords du chateau les plus accessibles. Les tourelles (l'angle, 
montant de fond, formentd'ailleurs un tlanquement du second ordre, 
en prevision d'une attaque rapprochee. 
La figure 46, qui donne Felevation perspective du donjon de Vez, 
prise de Pinterieur de l'enceinte, fait voirla disposition des echauguettes 
flanquantes R de la courtine B, la poterne avec son petit fosse et son 
pont a bascule, l'ouverture du puits, la disposition des machicoulis- 
latrines, le long de l'escalier, puis le sommet de l'escalier termine par 
une tourelle servant de guette. Du premier etage du (lonjon, on commu- 
niquait aux chemins de ronde des deux courtines par de petites portes 
bien defendues. Ainsi la garnison du donjon pouvait, en cas d'attaque. 
se repandre promptement sur les deux courtines faisant face aux deux 
fronts, qui seuls etaient attaquables. Si l'un de ces fronts, celui C, etait 
pris (c'est le plus faible a cause de la nature du terrain et du percement 
de la porte), les defenseurs pouvaient encore conserver le second front 
B, rendu plus fort par les echauguettes interieures R (voy. les plans"); 
s'ils ne pouvaient garder ce second front, ils rentraient dans le donjon, 
et de la reprenaient l'offensive ou capitulaient a loisir. Dans un poste 
si bien dispose, une garnison de cinquante hommes arretait facilement 
un corps d'armee pendant plusieurs jours; et il faut dire que Tassail- 
lant, entoure de ravins, de petits cours d'eau et de forets, arrete sur 
un pareil terrain, avait grandpeine ä se garder contre un corps de 
secours. Or, le chäteau de Vez n'etait autre chose qu'un fort destine 
a conserver un point d'une grande ligne de defense tres-bien choisie. 
Peut-etre n'a-t-on pas encore assez observe la correlation qui existe 
presque toujours, au moyen äge, entre les diverses forteresses d'un 
territoire; on les etudie isolement, mais on ne se rend pas compte genc- 
1Ce domaine appartient aujourd'hui ä M, Paillet; le donjon seul sert d'habitation. 
2 Cette poterne a ätä remplacäe, au xvxe siücle, par une baie au niveau du S01, -
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.