Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118219
[ VOUTES l  85  l; CONSTRUCTION l, 
point de vue de la construction, en ce qu'elles nous font connaitre 
jusqu'oi1l'application du principe gothique peut aller lorsque la ma- 
tiere lui vient en aide. 
La voüte elant desormais le generateur de toutes les parties des edi- 
Hces voütes, commandant la place, la forme, la disposition des points 
diappui, c'est elle (l'abord que nous devons scrupuleusement. etudier. 
Pour qui connait bien la structure de la voüte gothique, les ressources 
infinies que presenle sa construction, toutes les autres parties de la 
maconnerie s'en deduisent naturellement. Nos lecteurs ont pu prendre 
connaissance deja des elcments de la construction des voütes : reste a 
en examiner les (letails, les varietes et les perfectionnements, car nous 
ne pourrions plus nous faire comprendre, si, avant d'aller plus loin, 
les divers moyens employes pour fermer les voütes gothiques n'et.aient 
pas completement. developpes. 
Les figures 27, 28, 28 bis et 29 indiquent comment sont traces les 
lits inferieurs des sommiers des arcs sur les tailloirs des chapiteaux, 
comment. ces lits inferieurs commandent. la forme de ces tailloirs et la 
place des colonnettes et points d'appui. On reconnait tacitement que, 
dans les premiers traces des voütes gothiques, les constructeurs ont 
evite autant que possible de faire penetrer les arcs les uns dans les 
autres a leur naissance ; ils faisaient tailler chaque claveau sur le chan- 
tier, suivant la section donnee a chacun de ces ares, et ils cherchaient 
ales arranger du mieux qu'ils pouvaient sur le tailloir, en les rognant 
a la queue pour conformer leur pose aux penetrations. Ainsi, par 
exemple, ayant trace sur le tailloir des chapiteaux flestines a recevoir 
un arc-doubleau, deux arcs ogives et les deux colonnf-ttes portant les 
formerels, le lit de ces divers membres, ils posaient les claveaux de 
chacun de ces arcs et les bases des colonnettes, ainsi que le demontrc 
la figure 46, ecornant, au besoin, les queues de ces arcs, comme on le 
voit en A, atin de les placer les uns a (rote des autres et de les renfer- 
mer dans leur lit de pose. Cette melhode naive nexigeail, de la part de 
Fappareilleur, aucune epure speciale pour le sommier, (lemantlait. une 
assiette assez large sur les tailloirs "pour ne pas trop zltfamer les queues 
des claveaux, et, par consequent, des chapiteaux fort evases; elle avait 
en outre llinconvenientde ne donner que des sommiers sans resistance, 
pouvant secraseif sous la charge, et de prolonger les etfets des pous- 
sees trop bas ou de rapprocher leur resultante des parements exterieurs. 
Ayant trois arcs a poser, Pidee la plus naturelle elait de leur donner 
a chacun leur sommier. Mais, dans certains cas, les constructeurs 
gothiques primitifs avaient ete forces cependant. de faire penetrer les 
divers arcs soutenant une voüte sur un chapiteau unique, isole, comme 
on le voit dans la figure 42, et de leur donner un seul sommier pour 
tous; car, sur ces assiettes etroites, il n'e'tait plus possible de songer 
a arranger les premiers claveaux de ces arcs conmie on enchevetre 
les pieces d'un jeu de patience : dent etc faire de ces PPRIIÜBPS claveaux 
une HQQlOITIQPüIiOH de coins nlayant aucune force de resistance. D'ail-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.