Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118035
t: vomi-es ]  67  [ CONSTRUCTION ] 
on Fit des voutes en arcs d'op;ive. Quelques chapiteaux provenant des 
demolitions furent replaces, notamment dans le collateral de l'abside. 
(let historique sommaire fait. voir combien alors on etait dispose a 
profiter de toutes les ressources que presentait, le nouveau systeme 
d'architecture a peine ebauche. La construction de l'abside de Peglise 
Notre-Dame de Ghalons-sur-ltlarne est de tres-peu posterieure a celle 
du chceur de Saint-Remi de Iteims, mais deja elle est plus savante: 
Un y senti encore bien des tatonnemenls, et cependant le progres est 
sensible. 
Nous devons ici reprendre les choses de plus haut. Nous avons decrit 
la voüte d'arete simple elevee entre des murs paralleles, et nous avons 
indique les premiers efforts des architectes pour la construire et la 
maintenir sur ses piles. Il nous faut revenir sur nos pas et examiner 
les variete-s de ces voütes.  
Des le x18 siecle, on avait entoure deja les sanctuaires des eglises de 
collateraux avec ou sans chapelles rayonnantes (voy. ARCHITECTURE RELI- 
Guiusiz). Cette methode, etrangere au plan de la basilique primitive, 
avait cause aux constructeurs plus d'un embarras. Uantiquite romaine 
ne laissait rien de pareil. Certainement les Romains avaient fait des 
portiques sur plan circulaire ; mais ces portiques (s'ils etaient voütes) 
se composaient de piles epaisses supportant un laerceau dans lequel 
penetraient des (lenll-Cylilltlrüä formant les voütes d'arete, ou une 
suite de berceaux rayonnants poses sur des arcs ou meme des plates- 
bandes appareillees, ainsi qu'on le voit encore dansles arenes de Nimes. 
Maisles Romains navaientpoint eu lidee de poser des voütes d'arete sur 
des portiques formes de colonnes monocylindriques isolees, car cela 
ne pouvait s'accorder avec leur systeme de stabilite inerte. (le que les 
Romains n'avaient point fait, en cela comme en beaucoup d'autres 
choses, les constructeurs de Pepoque romane le tenterent. Ils voulurent 
entourer les sanctuaires de leurs eglises de portiques ou bas cotes 
concentriques a la courbe de l'abside, et {IJOÜPGP autant que possible 
ces portiques en supportant par des colonnes isolees les voütes qui 
les devaient couvrir. Primitivement, comme par exemple dans les 
eglises de PAÜVQPgHB etdu Poitou, ils se contenterent d'un berceau sur 
plan circulaire, penetre par les arcs bandes d'une colonne aPautre. Pour 
contre-buter la poussee de ces berceaux a Pinterieur, ils compteront 
d'abord sur la charge qui pesait sur les colonnes, puis sur la forme cir- 
culaire de l'abside, qui opposait a ces poussees une grande resistance. 
Ainsi sont voütes les collateraux des absides des eglises de Notre- 
Dame du Port a Glermont, d'Issoire, de Saint-Nectaire, de Saint-Savin 
pres de Poitiers, etC- La flgure 35 explique ce mode sans qu'il soit. 
necessaire de plus grands developpements 1. (Voy. VOUTE.) 
Mais lorsque, pendant le xne siecle, les constructeurs eurent intro- 
duit le SYSÜHHG de voütes en arcs d'ogive, ils voulurent naturellement 
1 Bas cütä du choeur de Notre-Dame du Port ä Clermont.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.