Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118027
 CONSTRUCTION ]  66'  L VOUTES J 
permis de se servirde cette comparaison) d'un systeme organique beau- 
coup plus complique que celui de la construction romaine. uTtlllf. pis, 
disent les uns, c'est une marque dinferiorite. w-a Tant mieux, disent 
les autres, c'est une preuve (le progres. n Progres ou (lecadentre, c'est 
un fait qu'il nous faut reconnaitre et eludier. Deja notre tigure 34 fait 
voir que la combinaison au moyen de laquelle les poussees des voütes 
sont maintenues dans la construction gothique primitive n'est rien 
moins que simple. Or, toute construction partant d'un principe coin- 
plique entraine une suite de conscquences qui ne sauraient etre sim- 
ples. Rien n'est imperieusement logique comme une batisse elevee 
par des hommes raisonnant ce qu'ils font; nous allons le PGCOIIIISÜÜJIWT 
tout a l'heure. Le choeur de Saint-Remi de Reims fut rebati vers 1160, 
au moment ou l'on construisait celui de la cathedrale de Paris. Cette 
construction, tries-habilement, conque dans son ensemble, ne montre 
dans les (letails qu'une suite de tatonnemcnts; ce qui indique une 
ecole zivzintsee dejit theoriquement, mais fort. peu experinientee quant. 
 Les principes de ponderation et d'e'quilibre que nous 
avons traces plus haut y sont appliques avec rigueur; mais evidenl- 
ment les bras et les chefs de chantier manquaient a ces premiers archi- 
tectes gothiques ; ils n'avaient eu ni le temps ni le moyen de former 
des ouvriers habiles; on ne les comprenait pas. Au surplus, le choeur 
de Saint-Itemi de lteims dut exciter avec raison l'admiration des con- 
structeurs de latin du xue siecle, car les methorlcs adoptees la sont 
suivies en Champagne a cette epoquo, el, notamment, dans la recon- 
struction du choeur de Peglise Notre-Dame de Chalons-sur-Nlarne. 
Mais (l'abord traqons en quelques mots l'histoire de ce charmant 
editice. ljeglise de Ghalons-sur-blarnc fut. batic pendant les premieres 
zinnees du xuc siecle: elle se composait alors d'une nef avec bas cotes. 
La nef etait (zouverte probablement par une charpente portee sur 
des ilPCS-tlOublfli-ILIX, comme beaucoup deglises de cette epoque et de 
la Champagne; les collateraux elaient ventes au moyen d'arcs-dou- 
bleaux separant des voütes d'arete romaines. Le choeur se composait 
d'une abside sans bas cotes, avec deux chapelles carrees s'ouvrant 
dans les transsepts, sous deux clochers, ainsi que la eathedrale de la 
meme ville. Vers la tin du x11" siecle (quoique ce monument fut eleve 
dans d'excellentes conditions et que rien ne fasse supposer qu'il eüt 
soulfert), ces dispositions n'etaient plus en harmonie avec les idees 
du temps: on voulait alors des nefs voutees, des collaterziux et des 
chapelles rayonnantes autour du sanctuaire. On tit donc subir a cette 
eglise un remaniement complet; le mur circulaire de l'abside fut 
remplace par des colonnes isolees; on eleva un bas cote donnant. 
entree dans trois chapelles ou absidioles (flFCUlRlFHSQ on conserva 
les deux clochers qui tlanquaient l'abside, mais on creva le mur du 
fond des chapelles carrees disposees sous ces tours, "et elles servirent 
de communication avec le bas cote du chevet, La nef fut surelcxfee et 
completement voütee ; a la place des voütes romaines des bas cotes,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.