Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117964
L CONSTRUCTION ]  60  [ PRINCIPES ] 
grandeur mesuree que l'on prete a la Divinite ; rien ne peut entraver 
son pouvoir. Il batit comme il veut, ou il veut, a la place qu'il choisit, 
al'aide des bras qui lui sont aveuglement soumis. Pourquoi irait-il se 
creer des difticultes a plaisir? Pourquoi inxfenterziit-il des machines 
propres a monter les eaux desrivieres a une grande hauteur, puisqu'il 
peut aller chercher leur source dans les montagnes et les amener dans 
la ville par une pente naturelle a travers de vastes plaines ? Pourquoi 
lutter contre l'ordre regulieif des choses de ce monde, puisque ce 
monde, hommes et choses, est a lui ? 
L'erreur des premiers temps du moyen age, c'a ete de croire que, 
dans l'etat d'anarchie ou la societe etait tombee, on pouvait refaire ce 
qu'avaient fait les Romains. Aussi, tant que cette epoque de transition 
se traine sur les traces des traditions romaines, quelle impuissance ! 
quelle pauvrete l Mais bientot surgit l'esprit des societes modernes; a 
ce desir vain de faire revivre une civilisation morte succede l'antago- 
nisme entre les hommes, la lutte contre la Hlättiäfe. La societe est mor- 
celee, l'individu est responsable, toute autorite est contestee, parce 
que tous les pouvoirs se neutralisent, se combattent, sont victorieux 
tour a tour. On discute, on cherche, on espere. Parmi les debris de 
Fantiquite, ce ne sont pas les arts que l'on va exhumer, mais la philoso- 
phie, la connaissance des choses. Au xne siecle deja, c'est chez les phi- 
losophes grecs que les esprits d'elite vont chercher leurs zirmes. Alors 
cette societe, encore si imparfaite, si miserable, est dans le vrai; ses 
instincts la servent bien ; elle prend aux restes du passe ce qui peut 
Feclairer, la faire marcher en avant. Vainement le clerge lutte contre 
ces tendances zmalgre tout le pouvoir dont dispose la feodalite cle- 
ricale, elle-meme est entrainee dans le mouvement; elle voit naitre 
chaque jour autour d'elle l'esprit d'examen, la discussion, la critique. 
D'ailleurs, a cette epoque, tout ce qui tend a abaisser une puissance est 
soutenu parune puissance rivale. Le genie national profite habilement 
de ces rivalites: il se forme, s'enhardit; materiellement, domine tou- 
jours, il se rend moralement independant, il suit son chemin a lui, a 
travers les luttes de tous ces pouvoirs trop peu eclaires encore pour 
exiger, de la foule intelligente qui s'eleve, autre chose qu'une soumis- 
sion materielle. Bien d'autres, avant nous, ont dit, avec plus dautorite, 
que l'histoire politique, l'histoire des grands pouvoirs, telle qu'on la 
faisait autrefois, ne presente qu'une face etroite de l'histoire des 
nations; et d'illustres auteurs ont en effet, de notre temps, montre 
qu'on ne peut connaitre la vie des peuples, leurs developpements, les 
causes de leurs transformations et de leurs progres, qu'en fouillant 
dans leur propre sein. Mais ce qu'on n'a point fait encore, c'est l'his- 
toire de ces membres vivaces, actifs, intelligents, etrangers a la poli- 
tique, aux guerres, au trafic, qui, vers le milieu du moyen fige, ont pris 
une si grande place dans le pays; de ces artistes ou artisans, si l'on 
veut, constitues en corporations, obtenant des privileges etendus par 
le besoin qu'on avait d'eux et les services qu'ils rendaient ; travaillant
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.