Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1122326
CUL-DE- 
LAMPE 
1.96 
dexäcution des deux ou trois culs-de-lampe qui tiennent une place 
analogue dans les ailes de la petite eglise de Glamecy (fig. 10) [1230 
environ]. Les Normands, qui sont des raisonneurs, veulent que ces 
1 
ä 
culs-de-lampe en maniere de chapiteaux sortent de la muraille comme 
une vegetation pousse entre des joints de pierre. Voici (fig. H) plu- 
sieurs (les culs-de-lampe portant la galerie en encorbellement qui 
pourtourne les piles de la nef de la cathedrale de Rouen, au-dessous 
des archivoltes (1230 environ), presentant cette particularite. Quelque- 
fois, en Normandie, les culs-de-lampe se composent egalement d'un 
chapiteau pose sur un bout de colonne coude en equerre, et venant 
penetrer la muraille. Les Normands n"entendent pas, au X1110 siecle, 
qu'un chapiteau reste suspendu sans un support. 
Vers le milieu du xme siecle, les colonnes ou colonnettes recevant 
les sommiers des voütes- ne sont plus portees en encorbellement; elles 
descendent jusqu'au sol : aussi les culs-de-lampe ne sont-ils guero 
employcs que pour porter des statues adossees a ces colonnes, ou 
des membres accessoires de l'architecture. Ces sortes de ClllS-(le-lillllpt? 
se trouvent tres-frequemment encastres dans les edifices, a dater de 
la fin du xui" sieele. 
On voit dans Pinterieur de Ia- sainte Chapelle haute du Palais, ä Paris, 
de beaux culs-de-lampe accoles aux füts des colonnes recevant les arcs
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.