Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117763
[ CONSTRUCTION ]  40  [ PRINCIPES f] 
35 degres avec l'horizon; soit FG une tangente au point H; soit AI 
lepaisseur du mur ou de la pile : la tangente FG rencontrera la ligne lK 
exterieure de la pile au point L. C'est ce point qui donne l'intrados du 
claveau de tete de l'arc-boutant. Cet arc est alors un quart de cercle ou 
un peu moins, son centre etant place sur le. prolongement de la ligne Kl 
ou un peu en dedans de trotte ligne. La charge MN de Parc-boutaut est 
primitivement assez zirbitraire, faible au sommet M, puissante au- 
dessus de la culee en N, ce qui donne une inclinaison peu prononcee 
a la ligne du chaperon NM. Bientot des effets se manifesteront dans ces 
constructions, par suite des poussees des voutes et malgre ces arcs- 
boutants. Voici pourquoi. Derriere les reins des arcs et des voütes 
en T, on bloquait des massifs de maconnerie batarde, autant pour 
charger les piles que pour maintenir les reins des arcs et de leurs rem- 
plissages. (les massifs eurent en effet l'avantage dempeclier la brisure 
des arcs au point l-l; mais toute la charge des remplissages agissant de. 
K en 0, et cette charge ne laissant pas d'etrc considerable, il en resultzi 
un leger relevemeut a la clef B, l'arc netant pas charge de O en B, et 
par suite une deformation indiquee dans la figure 26 bis. Cette deftir- 
mation produisit une brisure au point 0', niveau stiperieur des mas- 
sifs, et par consequent une poussec tres-oblique 0'P au-desstis de la 
tete des zircs-boutants. Des lors Pequilibre etait rompu. Aussi fut-il 
necessaire de refaire tous les arcs-boutants des monuments gothiques 
primitifs quelques annees apres leur construction; et alors, ou l'on se 
twontenta d'elevci' la tete de ces arcs-boutants, ou on les doubla d'un 
second arc (voy. ARC-BOUTANT). 
Nous ne dissimulons pas, on le voit, les fausses manoeuvres de ces 
constructeurs; mais, comme tous ceux qui entrent dans une voie nou- 
velle, ils ne pouvaient arriver au but qu'apres bien des tatonnements. 
Il est facile, aujourd'hui que nous avons des monuments batis avec sa- 
voir et soin, comme la cathedrale d'Amiens ou celle de lteims, de criti- 
quer les tentatives des architectes de la fin du x11" siecle: mais a cette 
epoque ou l'on ne possedait guere que des monuments romans petits et 
assez mal construits, ou les sciences exactes etaient a peine entrevues, 
la tache nouvelle que les architectes s'imposaient etait herissee de dif- 
ticultes sans cesse renaissantes, que l'on ne pouvait vaincre que par une 
suite d'observations faites avec le plus grand soin. Ge sont ces obser- 
vations qui formerent les constructeurs si habiles des X1119 et xiv" sie- 
cles. 11 faut dire, a la louangedes architectes du X110 siecle, qu'ayant 
adopte un principe de construction neuf, sans precedents, ils en pour- 
suivirent les developpements avec une tenacile, une perseveranee 
rares, sans jeter un regard en arriere, maigre les obstacles et les diffi- 
cultes qui surgissaient a chaque epreuve. Leur tenacite est d'autant 
plus louable, qu'ils ne pouvaient prevoir, en adoptant le principe de 
construction des voütes gothiques, les consequences qui decoulaient 
naturellement de ce systeme. Ils agirent comme le font les hommes 
mus par une forte conviction; ils ouvrirent pour leurs successeurs une
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.