Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1121844
[ CRYPTE ]  448  
marbre et de chapiteaux histories, et sont assez vastes pour contenir un 
grand nombre de tideles; elles possedent. le plus souvent deux esca- 
liers, afin de permettre aux nombreux pelerins qui venaient implorer 
l'assistance des saints dont les restes etaient deposes sous les votites, de 
descendre processionnellement par l'un des degres et de remonter par 
l'autre. On evitait ainsi le desordre et la confusion. 
Les cryptes, sauf de rares exceptions, recoivent dujour par (llätroites 
fenetres ouvertes sur le dehors de Feglise ou sur les bas-cotes du sanc- 
tuaire. Cette derniere disposition parait avoir ete adoptee lorsque les 
cryptes etaient creusees sous les choeurs des eglises romanes entoures 
d'un collatcrzil. Ainsi les ouvertures qui donnaient de. l'air et de la 
lumiere dans la crypte debouchaient dans l'enceinte du lieu (zonsacre. 
Alors les choeurs etaient eleves au-dessus du pave du pourtour, ce qui 
ajoutait a la solennite des ceremonies religieuses, et ce qui permettait 
meme a l'assistance de voir, du bas-cote, ce qui se passait dans la 
crypte. La plupart des eglises rhenanes conservent encore cette dispo- 
sition, que nous voyons adoptee dans une curieuse eglise dont quelques 
parties paraissent remonter au v1" siecle; nous voulons parler de Peglisc 
de Saint-Martin au Val, a Ghartres. a On penetrait primitivement dans 
u la crypte  , dit M. Paul Durand, dans la description fidele qu'il a don- 
nee de cet edificel, a par deux petites portes placees a droite et a 
(c gauche de sa partie occidentale. Ges portes existent encore... Il est 
a probable qu'autrefois le spectateur place dans la grande nef pouvait 
u apercevoir Yinterieur de la crypte par une ouverture mediane, ou deux 
(r ouvertures laterales pratiquees dans sa face occidentale, comme on 
a le voit encore dans plusieurs eglises du centre et. de l'ouest. (le la 
u France... w Il y a entre le sol du sanctuaire releve et celui du bas- 
cote une (litiferenee de niveau suffisante pour qu'on ait pu pratiquer des 
fenetres dans le soubassement des arcades du choeur, de maniere a 
eclziirer la crypte et a permettre de voir Pinterieur de cette (frypte, dont 
les voütes reposent sur deux rangees de quatre colonnettes chacune. 
Bien que Feglise ait etc mutilee et reconstruite en partie a plusieurs 
reprises, cependant legbases des colonnettes de la crypte et quelques 
chapiteaux primitifs sont d'un travail qui appartient a une epoque tres- 
reeulee, voisine encore des arts du Bas-Empire, et presentant tous les 
caracteres de la sculpture de la crypte celebre de la Ferte-sous-Jouarrei. 
Les cryptes romanes n'ont guere qu'une hauteur de 3 a 4 metres 
du sol a" la voüte; il fallait alors que ces voütes fussentportees sur un 
quinconce de colonnes, si la crypte occupait en superficie un espace 
assez etendu. Toutefois, les cryptes etant creusees sous une abside ou 
1 Rapport sur fdglfse e: la crypte de SaM-fvfartm au Var, a Chartres, W 11. mm 
Durand. Charmes, 1858. 
3 Voyez la publication des zlrchives des monuments historiques, sous les auspices de 
Son Exc, M. le Ministre (TEtat. Gidc, ädit.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.