Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1121773
 4M  [ CROIX ] 
rieure ne peut, avoir ete executee qu'en cuivre fondu 1. Elle se compose 
d'une colonne, peut-etre de pierre, posee sur des marches. De la co- 
lonne sort la croix avec le Christ, et deux crosses-ävnplement clecou- 
pees portant la Vierge et saint Jean. Si nous ten ns compte de la 
maniere conventionnelle employee par Villard dans ses dessins, et que 
nous remettions ce croquis en proportion, nous obtenons la figure 23, 
qui donne un bel exemple de croix de pierre du sol au niveau A, et de 
metal depuis le niveau A jusqu'au sommet. Cette croix appartient au 
temps ou vivait Villard, c'est dire qu'elle est de la premiere moitie du 
xme siecle. Villard, sauf quelques rares exceptions, ne fait pas d'ar- 
cheologie, et ne remplit son Album que de dessins pris sur des monu- 
ments contemporains. u Dans le xve siecle J), dit Gourtalon, u il existait 
a a leglise Saint-Remy de Troycs une nombreuse confrerie de laCroix 
a a l'autel de ce nom. Des oblations qu'on y faisait, les confreres tirent 
u eriger, en mars 1495, proche Peglise Saint-Jean, dans la Grande-Rue, 
a un tres-beau monument en l'honneur de la Croix, que l'on appela la 
a Belle-Croix? w 
La description de cette croix, que'l'on trouve tout enliere dans le 
Voyjngc archäologique dans le däpartement de [Aube-K donne l'idee d'un 
monument. d'une grande importance. Cette croix, entierement de 
bronze, sauf le socle, etait decoree de nombreuses figurines, parmi 
lesquelles on distinguait Satan et Simon le Magicien, que les Troyens 
appelaient Sinzon illagzzt. Aux pieds du Christ, on voyait la Madeleine 
embrassant le pied de l'arbre de la croix; de chaque cote, saint Jean et 
la Vierge; au-dessous, saint Pierre, saint Loup, saint Louis, des pro- 
phetes, parmi lesquels on distinguait Mahomet. Un lllälnOire dresse 
en 1530 sur ce monument, et rapporte par Grosley, nous fait connaitre 
qu'il etait, dans l'origine, surmonte d'un baldaquin ou dome de ma- 
connerie, porte sur de tres-hautes colonnes, a le tout fort triomphant 
a et etoffe de peintures d'or et d'azur, et garni d'imaiges et autres 
u beaux ouvrages a l'avenant.... Que cette croix en remplacoit une de 
a pierre dure garnie dimaiges, laquelle etant venue en ruyne et deca- 
a denoe, fut demolie et transportee au cimetiere de l'H0tel-Dieu Saint- 
u Esprit, et fut illec colloquee et dressee attenant. de la sepulture de 
u noble homme Nic. BOUTIFLART, en son vivant bourgeois de Troyes.   
Le mercredi 5 decembre 1584, un ouragan renversa la coupole sur 
la croix, qui fut rompue, bien qu'un gros arbre de fer la traverstit du 
haut en bas. a La chute de la Belle-Groixv, ajoute M. Arnoud, ff facilila 
a la visite des reliques qu'elle renfermait; on trouva dans latele de 
(r l'image de la Vierge qui est derriere le crucifix une petite boite de 
' Voy_ Album de Villard de Honnecourt, archit. du X1118 siäcle, p. 85, pl. XIV. Impr 
impärt, 1858. 
2 La place qifoccupait cette croix il Tlfoyes porte encore le nom de la Belle-Croix. 
3 Curieux ouwage publiä par M. A. F. Arnoud, peintre (Troyes, 1857). 
11'.  5G
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.