Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1120825
CORPORATION 
346 
traditions romaines dans les grandes cites mericlionales, et les corpo- 
rations ne cesserent d'exister; tandis que dans les villes du Nord on 
ne les voit guere setablir qu'au moment de l'affranchissement, des 
communes, dest-a-dire vers le xne siecle. Les rois les prirent sous leur 
protection, comme un des moyens propres a affaiblir la puissance 
fcodale. Sous saint Louis, elles furent rcglementees a Paris par Etienne 
Boileauf. Pour (levenir membre d'une corporation, a cette epoque, il 
fallait faire un apprentissage qui durait plus ou moins longtemps, et 
a l'expiration duquel on devenait maitre. Les maitres exercaient une 
sorte de controle les uns sur les autres, maintenaient par consequent 
le prix de la main-d'oeuvre et la bonne qualite des produits. Il ne s'agis- 
sait pas alors de libre concurrence, et les marchands ou les industriels 
des villes ne pouvaient resister a la tyrannie des seigneurs qu'en s'unis-'4 
saut elroitement sous le patronage du suzeraiti. Ils formaient ainsi desx-l 
corps puissants avec lesquels il fallait compter, et qui, par leur orga- 
nisation meme, assuraient au suzerain certains revenus regulierement 
percus. Les maitriscs s'obtinrent souvent a prix (l'argent, ce qui consti- 
tuaitune ressource pour le tresor; ou bien encore le roi, moyennantun 
capital une fois paye, autorisait des corporations qui acqueraient ainsi 
le droit de percevoir certains impots sur les entrees des marchandises, 
des peages sur les rivieres, sur les ponts, a Fentree des ports, etc. 
Pour ne pas sortir de notre sujet, les corps de metiers attaches aux 
hatiments se composaient, au X1112 siecle, des charpentiers, des macons, 
des tailleurs de pierre, des platriers et mortelliers, des irnagiers, des 
peintres et tailleurs d'images (sculpteurs), des faiseurs de ponts. Quant 
aux maitres des ceuvres, a ce que nous appelons aujourd'hui des archi- 
tectes, ils ne paraissentpzls avoir jamais forme un corps; nous ne pou- 
vons avoir meme qu'une idee assez vague de la nature de leurs attribu- 
tions jusqu'au xve siecle. Nous voyons qu'on les appelait dans les villes 
pour halir des editiccs, et qu'on leur accordait des honoraires fixes pen- 
(lant la (luree du travail (voy. ARCHITECTE); mais presidaient-ils aux mar- 
ches passes avec les divers chefs d'ouvriers? etablissaient-ils des devis? 
reglaient-ils les comptes? Tout cela parait douteux. Des la fin du xlnt 
siecle, onv oit des villes, des abhes ou des chapitres, passer des marches 
avec les maitres des divers corps d'etats sans l'intervention de l'archi- 
tecte. Celui-ci semble conserver une position independante et n'en- 
courir aucune responsabilite; c'est un artiste, en un mot, qui fait exe- 
cuter son oeuvre par des ouvriers n'ayant avec lui d'autres rapports 
que ceux de fournisseurs ou de tacherons vis-a-vis d'un intendant 
gencral. Le systeme de regie n'etait, pas habituellement employe; les 
ouvriers de chaque metier travaillaient a leurs pieces; l'architecte dis- 
tribuait la besogne, et un piqueur relevait probablement le travail de 
f Voyez les Räglenzerlts sur les arts et onätiers de Paris rdfligäs au xm" siäcle 
rzefzers, cYEtiennc Boilcau (Goll. de docum. mea. sur Flzist. de France). 
Livre des
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.