Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117571
[ PRINCIPES ]  21  L CONSTRUCTION f] 
Dans les constructions elevees chez tous les peuples constructeurs, 
les deductions logiques se suivent avec une rigueur fatale. Un pas fait 
en avan t. ne peut jamais etre le dernier; il faut toujours marcher : du mo- 
ment qu'un principe est le resultat du raisonnement, il en devient bien- 
tot l'esclave. Tel est l'esprit des peuples occidentaux: il perce des que 
la societe du moyen age commence a se sentir et a s'organiser; il ne 
saurait s'arreter, car le premier qui etablit un principe sur un PEIlSOÜIIO- 
ment ne peut dire a la raison: u Tu n'iras pas plus loin. a Les construc- 
teurs, a l'ombre des cloitres, reconnaissent ce principe des le xrt siecle. 
Cent ans apres ils n'en etaient plus les maitres. Eveques, moines, sei- 
gneurs, bourgeois, Feussent-ils voulu, n'auraient pu empecher l'archi- 
tecture romane de produire l'architecture dite gothique: celle-ci netait 
que la consequence fatale de la premiere. Ceux qui veulent voir dans 
l'architecture gothique (toute laique) autre chose que leniancipation 
d'un peuple d'artistes et (Partisans auxquels on a appris a raisonner, 
qui raisonnent mieux que leurs maitres et les entrainent malgre eux 
bien loin du but que tout (l'abord ils voulaient atteindre avec les forces 
qu'on a mises entre leurs mains; ceux qui croient que l'architecture, 
gothique est une exception, une bizarrerie de l'esprit humain, n'en ont 
certes pas etudie le principe, qui n'est autre que l'application rigou- 
reusement suivie du systeme inaugure par les constructeurs romans. 
Il nous sera aise de le demontrer. Poursuivons. 
Nous voyons deja, a la fin du x12 siecle, le principe de la voüte d'arete 
romaine mis de coteä Les arcs-doubleaux sont admis detinit.ivementv 
comme une force vive, clastique, libre, une ossature surlaquelle repose 
la voüte proprement dite. Si les constructeurs admettaient que ces cin- 
tres permanents fussent utiles transversalement, ils devaient admettre 
de meme leur utilite longitudinalement. Ne considerant plus les voütes 
comme une croüte homogene, concrete, mais comme une suite de 
panneaux a surfaces courbes, libres, reposant sur des arcs flexibles, la 
rigidite des murs lateraux contrastait avec le nouveau systeme; il fal- 
lait que ces panneaux fussent libres dans tous les sens, autrement les 
brisures, les dechirements eussent ete d'autant plus (langereux, que 
ces voütes eussent ete portecs sur des arcs tlexibles dans un sens et 
sur des murs rigides dans l'autre. Ils banderent des formerets d'une 
pile a l'autre, sur les murs, dans le sens longitudinal. (les formerets ne 
sont que des demi-arcs-doubleaux noyes en partie dans le mur, mais 
ne dependant pas de sa construction. Par ce moyen, les voutes repo- 
saient uniquement sur les piles, et les murs ne devenaient que des 
clotures, qu'a la rigueur on pouvait batir apres coup ou supprimer. ll 
fallait une assiette a ces formerets, un point d'appui particulier; les 
constructeurs romans ajouterent donc, a cet etfehun nouveau membre 
1 0'651- Llä-DS 1-1 nef de Fäglise de Vüzelay qu'il faut constater l'abandon du Syslblflc 
romain. Lai les voütes hautes, (Paräte, sur plan barlong, sont däjä des pänätrations d'emp- 
soldes, avec arcs-doubleaux saillants et formerets.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.