Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1120297
293 
CONTRE-FORT 
assise au talus de leur seconde retraite. Au-dessus ce sont les tailloirs 
des chapiteaux de ces memes fenetres qui commencent la troisieme 
retraite, plus forte sur la face que sur les cotes, afin de ne pas diminuer 
trop brusquement la largeur de ces piles. Le contre-fort central seul 
recoit un troisieme bandeau se mariant avec les archivoltes des se- 
condes fenetres, tandis que les contre-forts d'angle sarretent, par un 
simple talus, sous ce bandeau. Avec cette liberte, qui est une des qua- 
lites de l'architecture du xue siecle au moment ou elle quitte les tradi- 
tions romanes, les constructeurs de Peglise Saint-lllartin de Laon, 
ayant eu l'idee de placer dans les bras de croix trois chapelles carrees 
orientees, et voulant voüter ces bras au moyen de deux routes (farcie 
seulement, ont dü elever un contre-fort dans l'axe de la chapelle du 
milieu. Voici comme ils ont procede pour resoudre ce probleme : sur 
les murs separatifs des chapelles, ils ont construit deux contre-forts 
A, A(fig. 12), reunis par un arc en tiers-point; puis, sur la clef de cet 
arc, ils ont eleve le contre-fortB destine a contre-buter larc-doublcau et 
les arcs ogives de la voüte haute. Gette dis position leur a permis de 
percer une fenetre sous le contre-fort B, afin declairer le bras de croix 
au-dessus de Farchivolte d'entree de la chapelle centrale. Nous voyons 
encore, a Fexterieur de l'abside de Yeglise conventuelle de Saint-Leu 
dllsserent, une chapelle centrale a deux etages dont les contre-forts 
superieurs portent sur les archivoltes des fenetres inferieures. La pe- 
santeur de ces contre-forts se repartit sur les jambages et trumeaux 
separant ces fenetres. Au X1119 siecle, les architectes renoncent a che- 
vaucher ainsi les pleins et les vides, les contre-forts portent de fond; 
cependant il y avait, dans ce procede de batir, une ressource precieuso, 
en ce qu'elle permettait de diviser inegalement les differents otages 
d'un edifice, ce qui, dans bien des cas, est commande par les disposi- 
tions interieures. Jusqu'a la fin du X1116 siecle, on n'avait point encore 
songe a augmenter la stabilite des contre-forts au moyen d'une charge 
superieure; on cherchait a les rendre stables par leur masse et l'as- 
siette de leur section horizontale. Cependant nous voyons deja, dans 
l'exemple precedent (fig. 12), que la tete du contre-fort depasse la cor- 
niche de Fediüce et qu'elle est chargee d'un pinacle 1. Mais lorsque les 
constructeurs diminuerentles surfaces occupees par les points d'appui, 
ils suppleerent a la faible section horizontale de ces points (l'appui par 
des charges superieures. 
Avant de faire connaitre les progres successifs de la construction du 
contre-fort pendant le XIIIE siecle, nous devons signaler certaines va- 
rietes de ce membre important delarchitecture dans les principales 
provinces. Dans Flle-de-France, la Champagne et la Normandie, les 
contre-forts affectent generalement la forme rectangulaire, et ils pren- 
actuel 
1 Le pinacle 
au m" siäcle. 
refait au XlVe siäcle; mais 
a dü ätre 
voit 
qu'il 
existait 
Un
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.