Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1120200
CONTRE- 
-FORT 
284 
 CQNTRE-FQRT, s. m. (pilier, pilare). C'est un renfort de maconnerie 
eleve au droit d une charge ou d une poussee. ll n'est pas necessaire 
d expliquer 1c1 la fonction du contre-fort, cette fonction ctant longue- 
ment developpee dans l'article CONSTRUCTION. Nous nous borneroiis a 
signaler les ditferentes foi-mes apparentes donnees aux contre-forts 
dans les edifices religieux et civils, et les transformations que ce meni- 
bre de l'architecture a subies du x0 au xvi" siecle. 
Les Romains, ayant adopte la vofite d'arete dans leurs edifices, durent. 
riecessairenient chercher les moyens propres a maintenir l'effet de 
poussee de ces voutes. Ils trouverent ces masses resistantes dans la 
combinaison du plan des editices, ce qu'on peut reconiiaitre en visitant. 
les salles des Thermes, etparticulierenient Pedifice connu a Bome sous 
le ntocrln de bastizque de Cbnstantm. ,MalS lorsque les barbares s'empare- 
ren es dernieres traditions de lart de la construction laissees parles 
Romains, ils ne trouverent pas des artistes assez savants ou eclaires 
pour comprendre ce qu'il y a de sage et de raisonne dans les plans des 
1  ädifiCe-S voütes de Fantiquite romaine; 
Kg    cherchant a imiter les plans des basiliques 
   j-h latines, voulant voutcr d'abord les nefs 
X  .1  laterales, ils" furent conduits forcement a 
If! resister exterieuremenl a la poussee de ces 
 !_i voütes par des renforts de maconnerie 
 -L auxquels ils donnerent d'abord l'appa- 
Ä 4; rence de colonnes ou demi-cylindres en- 
 1  m; gages, puis bientot de piliers carres mon- 
 tt  ll tantjusquäiux corniches 
.1 t a   
 if 111 Parmi les contre-forts les lus anciens 
1 a. m A  p 
s  du moyen age, on peut citer ceux qui main- 
Q tiennent les [murs de Feglise Saint-Remi 
 ajlglll  de lte1nis(x"siecle). Ce sont des demi-cylin- 
 Tjli-vimjrg; dres (fig. l) consolidant les murs des col- 
qllupmä lateraux au droit des poussees des vofites, 
  et les murs de la nef centrale au droit 
 des fermes de la charpente; car alors 
cette nef  point vofitee. 
    " " H"     (les contre-forts primitifs sont couronnes, 
t2ff11u':,_]_ m soit par des cones, soit par des chapiteaux 
Nm  J  qlll. souvent ne portent rien. La forme 
H a gml- cylindrique fut bientot abandonnee dans 
 .1  le Nord pour les contre-forts, tandis ue 
l 1j   C13  f  l l v  q 
I  gtll  C9161 Orrhle pelrsis ce (anls l0uest Jusque 
  vers e mi ieu c u x11 siec e. 
On voit encore, dans le Beauvoisis, quantite d'6 l" "   - 
 ,g ises ou d editices 
monastiques qui adoptent la forme angulaire pour les contre-forts, 
tries-large a la basexet assez etroite au sommet pour ne pas depasser 
la saillie de la corn1che._Nous en donnerons ici un exemple tire de la
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.