Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119882
[ CONSTRUCTION 1  252  [ CIVILE 1 
angles saillants de la cage de cet escalier. On a, depuis, voulu obtenirdes 
resultats analogues au moyen de trompes; mais les trompes chargent 
les maconneries inferieures beaucoup plus que ce systeme d'encor- 
bellements, exigent des materiziux plus nombreux et plus grands, des 
coupes de pierres difficiles a tracer et plus difficiles encore atailler. (le 
n'est donc point la un progres, a moins que l'on ne considere comme 
un progres le plaisir donne a un appareilleur de montrer son savoir au 
detriment de la bourse de celui qui fait bätir. 
Si, pendant les XIVe et xvf siecles, les constructions religieuses ne mo- 
difierent que peu les methodes appliquees a l'art de batir par les archi- 
tectes du xmesiecle, il n'en est pas de meme dans les constructions ci- 
viles. Celles-ci prennent une allure plus franche; les procedes employes 
sont plus etendus, les methodes plus varices ; les architectesfont preuve 
de cette independance qui leur manque dans les monuments religieux. 
(l'est que deja, en effet, la vie se retirait de l'architecture religieuse et 
portait toute son energie vers les constructions civiles. Sous les regnes 
de Charles V et de Charles VI, le developpement de l'architecture appli- 
quee aux edifices publics, aux chäteaux et aux maisons, est tres-ra- 
pide. Aucune difticulte n'arrete le constructeur, et il arrive, en etendant 
les principes admis par ses devanciers, a executer les constructions 
les plus hardies et les mieux entendues sous le double point de vue de la 
solidite et de l'art. A cette epoque, quelques seigneurs surent donnerune 
impulsion extraordinaire aux constructions; ils les aimaient comme 
il faut les aimer, en laissant a l'artiste toute liberte quant aux moyens 
dexecution et au caraclere qui convenait a chaque batimentl. Les ducs 
de Bourgogne et Louis d'0rleans, frere de Charles VI, firent elever des 
residences, moitie forteresses, moitie palais de plaisance, qui indiquent 
chez les artistes auxquels furent confies ces travaux une experience, un 
savoir rares, en meme temps qu'un goüt parfait; chez les seigneurs qui 
commanderent ces ouvrages, une liberalite sage et bien entendue, qui 
n'est guere, depuis lors, la qualite propre aux personnages assez riches 
1 Rien ne nous semble plus funeste et ridicule que de vouloir, comme cela n'arrive que 
trop souvent aujourd'hui, imposer aux architectes autre chose que des programmes; rien 
ne donne une plus triste idee de Fetat des arts et de ceux qui les professent, que de voir 
les artistes accepter toutes les extravagances imposees par des personnes etrangeres a la 
pratique, sous le pretexte qu'elles payent. Les tailleurs ont, a ce compte, plus de valeur 
morale que beaucoup d'architectes; car un bon tailleur, si on lui commande un habit ridi- 
cule, dira: u Je ne puis vous faire un vetement qui deshonorerait ma maison et qui ferait 
rire de vous. n Ce mal date d'assez loin dan, car notre bon Philibert de l'0rme ecrivait 
vers 1575: a  Je vous advertiray que depuis trente-cinq ans en ca, et plus, j'ay observe 
(K en divers lieux que la meilleure partie de ceux qui ont faict ou voulu faire bastimens, 
a les ont aussi soubdainement commencez que legcrement en avoient delibere : dont s'en 
a est ensuivy le plus souvent repentance et derision, qui toujours accompagnent les mal 
a advisez : de sorte que tels pensons bien entendre ce qu'ils vouloient faire, ont veu le 
du contraire dece qui se pouvoit et devoit bien faire. Et si par fortune ils demandoient a 
a quelques uns PaIÄViS de 1611? dfilibäratiün et entreprinse, c'est0it ä un maistre mRGOIl, OU
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.