Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119720
[ CONSTRUCTION ]  236  f CIVILE ] 
portee  Mais dans l'architecture civile et militaire, plus encore que 
dans l'architecture religieuse, la nature des materiaux eut une in- 
tluence tres-marquee dans l'emploi des moyens de construction : cet 
exemple en est une preuve. Les plates-bandes longitudinales entre les 
        
zippareillees en coupes. Si nous faisons une section longitudinale sur ce 
batiment, chaque travee nous donne la figure 431 "l. On ne peut se faire 
une idee de la grandeur magistrale de ces batiments, si on ne les a vus. 
lci rien n'est accorde au luxe : c'est de la construction pure, et l'archi- 
tecture n'a d'autre forme que celle donnee par l'emploi judicieux des 
materiaux; les points d'appui principaux et les linteaux sont seuls de 
pierre de taille; le reste de la batisse est en moellon enduit. Nous 
avouons que cette facon de comprendre l'architecture civile a pour 
nous un attrait particulier. Il faut dire que le chateau de Hoh-Kcenigs- 
bourg est bäti sur le sommet d'une haute montagne, huit mois de 
Pannee au milieu des neiges et des brouillards, et que, dans une 
pareille situation, il eüt ete fort ridicule de chercher des formes archi- 
tectoniques qui n'eussent pu etre appreciees que par les aigles et les 
vautours; que l'aspect sauvage de ces constructions est en parfaite 
harmonie avec Päprete du lieu. 
A ce propos, nous nous permettrons une observation qui ne manque 
pas d'importance. Nous croyons etre les premiers appreciateurs de 
ce qu'on appelle le pittoresque, parce que, depuis le xvne siecle, on ne 
trouvait plus de beautes que dans les parcs plantes ä la francaise, dans 
les bätiments alignes et symetriques, dans les terrasses revetues de 
pierres et les cascades doublees de plomb. Sans nier la valeur de cette 
nature arrangee par l'art, il faut reconnaitre cependant que la nature 
livree a elle-meme est plus variee, plus libre, plus grandiose et par- 
tant plus reellement belle. Un seigneur de la cour de Louis XIV ou de 
Louis XV preferait de beaucoup les parcs de Versailles ou de Sceaux 
aux aspects sauvages des gorges des Alpes ou des Pyrenees : le duc de 
Saint-Simon, qui n'avait aucun emploi a la cour, aimait mieux demeu- 
rer dans un appartement sombre et etroit a Versailles que de vivre dans 
sa charmante residence de la Ferte. Or, nos seigneurs du moyen age 
etaient au contraire sensibles a ces beautes naturelles; ils les aimaient 
parce qu'ils vivaient au milieu d'elles. Sans parler de Pappreciation 
tres-vive de la nature que l'on trouve dans les nombreux romans du 
moyen age, nous voyons que les chateaux, les manoirs, les abbayes, 
sont toujours situes de maniere a faire jouir leurs habitants de l'aspect 
des sites qui les entourent. Leur construction s'harmonise avec les 
1 Au XW sioclff, un accident obligea les propriätaires du chäteau de Hoh-Kmnigsbourg 
i: bander les arcs sous le plafond du premier otage. 
' M. Boeswilwald, qui a relevä le chäteau de Hoh-Kcenigsbourg avec le plus grand soin, 
a bien voulu mettre ses dessins ä. notre disposition.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.