Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119438
f" DEVELOPPEMENTS ]  207  L" CONSTRUCTION 1 
sur leur lit et en delit qui avait fourni aux constructeurs du XIIIÜ siecle 
de si beaux motifs d'architecture ; ils conservent les formes imposees 
par ce systeme, mais ils n'en apprecient pas la raison : perdant. quel- 
que chose de l'esprit aventureux de leurs devanciers, ils renoncent aux 
delits pour les points d'appui, comme moyen de rigidite, et reviennent 
aux constructions elevees par assises, en reservant les pierres en delit 
pour les meneaux, les arcatures en placages, dest-ä-dire pour les mem- 
bres de l'architecture qui ne portent pas charge et ne sont que des chas- 
sis ou des decorations. Cependant, comme pour suivre, au moins quant 
a l'apparence, les consequences du systeme de construction admis 
au xnrf siecle, ils multiplient les lignes verticales, ils veulent que non- 
seulement les membres des voütes, les arcs, aient chacun leur point 
(l'appui, mais encore les moulures dont ces arcs sont ornes. Il resulte 
des lors, entre la forme donnee aux piles, par exemple, et la construc- 
tion de ces piles, la contradiction la plus evidente. Par le fait, les con- 
structeurs du XIVe siecle reviennent a des formes plus lourdes, bien 
qu'ils setforcent de dissimuler cette reaction sous une apparence de 
legerettä, en multipliant les membres delies de l'architecture. Gomme 
praticiens, ils sont fort habiles, fort prudents, pleins dexperience et 
adroits ; mais ils manquent eompletement d'invention : ils n'ont plus 
de ces hardiesses qui denotent le genie; ils sont plus sages que leurs 
predecesseurs du X1119 siecle, mais ils ont les defauts qui accompa- 
gnent souvent la sagesse: leurs methodes sures, leurs formules sont em- 
preintes, malgre tous leurs efforts, d'une monotonie fatigante. 
L'exemple le plus frappant et l'un des plus complets de la construc- 
tion religieuse du x1ve siecle est la cathedrale de Narbonne, dont le 
choeur seul fut bati de 1340 a 13701. GGSIÜBLIVPG d'un maitre consomme 
dans son art, mais depourvu de cette imagination, de ces ressources 
inattendues qui charment dans les constructions du XIIIB siecle et qui 
se pretent aux conceptions les plus varices. Ce qui donne le degre d'ha- 
bilete pratique a laquelle les architectes du x1ve siecle etaient arrives, 
ce sont ces reprises en sous-oeuvre, ces reconstructions partielles faites 
dans des editices plus anciens. A cette epoque, les materiaux employes 
sont. toujours delapremiere qualite, le trait savant, l'appareil excellent, 
la taille executee avec un soin remarquable. D'ailleurs le systeme genc- 
ral de la construction se modifie tres-peu, il est applique avec plus de 
sürete et avec une parfaite connaissance des forces passives et actives, 
des pesanteurs et des poussees. Les arcs-boutants,par exemple, sont 
bien traces, poses exactement ou ils doivent Fetre. Nous en avons une 
preuve bien evidente a la cathedrale de Paris. Tous les arcs-boutants de 
la nef et du choeur furent refaits a cette epoque (vers 1330), etrefaits de 
1 Il faut dire que nous n'avons pas en France un seul grand ädilice complet d'archi- 
tecture religieuse du XIVe siäcle. Le X1118 siäcle n'avait pas laisse de grands monumefliä ä 
Wllstruire en ce genre. Le XlVe siecle ne put que terminer des edifices däjä COHIHIBHCÜS, 
Ph n'eut pas le loisir d'achever le petit nombre de ceux qu'il fonda.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.