Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119114
IVELOPPI 
INTS 
175 
CONSTRUCTION 
Seine, ou encore la pierre de Monthard, d'Anstrude ou de Dornecy, ou 
meme, ce qui eut  possible, les pierres de Laversine, de Grouy, et 
certains bancs durs des bassins de l'0ise ou de l'Aisne, le (zhoeur de 
Beauvais fut reste debout. Le maitre de l'oeuvre de Beauvais futun homme 
(le genie, qui voulut arriver aux dcrnieres limites du possible en fait 
de construction de pierre; ses calculs etaient justes, ses combinaisons 
[irofondement savantes, sa conception admirable ; il fut mal seconde par 
les ouvriers, les maleriaux mis a sa disposition etaient. insuffisants. Son 
(BUVPB n'en est pas moins un sujet detudcs tres-precieux, puisqu'il 
nous fournit le moyen de connaitre les resultats auxquels le systeme 
de construction du Xllle sieclc pouvait atteindre. Nous avons donne, 
a l'article ÜATIIFIIIRALE, fig. 22, le plan du choeur de Beauvais. Ce plan, 
si on le compare a celui de la cathedrzile d'An1iens, faitvoir que les deux 
travees paralleles voisines des piles de la croisee sont plus etroites que 
les deux suivantes : le constructeur evitait ainsi des poussees trop ac- 
tives sur les deux piles des transsepts formant entree du choeur. Quant 
aux deux travees suivantes, elles ont une largeur inusitee (pres de 
911590 d'axe en axe des piles). Le besoin de donner les espaces libres est 
si evident a Beauvziis, que les piles du rond-point ne sont pas canton- 
nees de colonnettes lateralement pour recevoir les archivolles, mais 
seulement dans le sens des rayons de l'abside pour recevoir les nerfs 
des grandes rentes, les arcs-douhleaux et arcs ogives du collateral. Gon- 
formement a la methode des constructeurs de cette epoque, lorsqu'ils 
ne sont pas (letournes de leurs theories par des questions deconomie, 
la fondation du choeur est admirablement faite. Les chapelles portent 
sur un massif plein, circulaire, revetu de pierres de taille, comme a la 
oathedrale d'Amiens, presentant a Fexterieur un puissant empattement 
egalernent revelu de libages bien dresses et poses a bain de mortier. 
Cette precinction de maconnerie pleine se relie au mur qui porte les 
piles isolees du sanctuaire par des murs rayonnants, sous le sol. 
A la cathedrale d'Amiens, on nous avons pu examiner la fondation 
jusqu'au bon sol, nous avons trouve, en dehors, le profil fig. 100. En 
A, est. une couche de terre a brique de 0'240 depaisseur posee sur 
l'argile vierge; en B, est un lit de beton de 0'240 depaisseur; puis, 
de G en D, quatorze assises de 01H30 a 0"',t0 (Pepaisseur chacune, en 
libages provenant des carrieres de Blavelincourt, pres d'Amicns. Cette 
pierre est une craie remplie de silice, tPÄS-fOPÜC, que l'on exploite 
en grands morceaux. Au-dessus, on trouve une assise E de pierre de 
Groissy, puis trois assises F de gres sous le sol exterieur. Au-dessus 
du sol exterieur, tout leditice repose sur six autres assises G de 
gres bien parementees et d'une extrenle durete. Derriere les reve- 
tements de la fondation est un blocage de gros fragments de silex, 
de pierre de BltWPIlHCOUPt et de Groissy, noyes dans un mortier 
tres-dur et bien fait. (l'est sur ce roc factice que repose l'immense 
cathedrale. A Notre-Dame de Paris, les fondations sont de meme 
faites avec le plus grand soin, revetues de forts libages d'une grande
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.