Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119090
DEvuLQvvuMENTs 
173 
CONSTRUCTION 
ne tasse pas autant que la pile G. Toute la resistance de la construction 
est soumise a cette condition. Or voici comment les constructeurs ont 
resolu ce probleme. Les piles G ont ete montees par assises separees 
par des joints de Inortier epais, suivant la methode des macons de cette 
epoque; les piles A, au contraire, sont composees de faisceaux de co- 
lonnes elevees en grands morceaux de pierre, sortes de chandelles (pour 
nous servir d'un terme de charpenterie) qui ne peuvent tasser comme 
le font des assises nombreuses posees a bain de mortier. Ne voulant 
pas (lonner aces piles A une large assiette, afin de nencomhrer point 
fentree des chapelles, il n'etait pas de meilleur, moyen pour les rendre 
tres-rigides sous la charge qu'elles devaient supporter, que de les 
composer d'un faisceau de colonnes presque monolithes, et, en dimi- 
nuant ainsi le nombre des joints, d'eviter toute cause de tassement. 
Observons que les materiaux dont disposaient les architectes picards 
peuvent etre impuuement poses en delit, et que s'ils ont eleve ces co- 
lonnes des piles A en plusieurs morceaux, c'est qu'ils ne pouvaient se 
procurer des monolithes de 40 nietres de hauteur; ils ont pris les plus 
grandes pierres qu'ils ont pu trouver, variant entre l et 2 metres, tandis 
que les piles G sont composees d'assises de 01'350 a 0'260 de hauteur. 
A Aniiens, la theorie et la pratique ont eu raison des difticultes que 
presentait Ferection d'un vaisseau ayant 15 metres de largeur d'axe en 
axe des piles sur 42'250 de hauteur sous clef, tlanque de collateraux de 
7 melres de largeur dans ceuvre sur 19 metres de hauteur sous clef. 
Cette vaste construction a conserve son assiette, et les mouvements qui 
ont (lü necessairement se produire dans une hatisse aussi etendue n'ont 
pu en zilterer la solidite. Alors les architectes avaientrenonce aux voütes 
croisees comprenant deux travees; voulant repartir les poussees egale- 
ment sur les points d'appui separant ces travees, ils avaient adopte, des 
1220, les voütes en arcs d'ogive barlongues, conformement au plan 
fig. 90; (fetait plus logique : les piles AM, lH, etaient pareilles, et les 
(foutre-forts B semblables entre eux, les arcs-boulants de meme puis- 
sauce. Les constructeurs allaient en venir aux formules; leur sentiment. 
d'artiste avait du etre choque par ces voütes croisees sur des travees 
doubles paraissant reporter les charges de deux en deux piles, et dont 
les arcs ogives 0D, par leur inclinaison, venaient masquer les fenetres 
ouvertes de G en E sous les formerets. D'ailleurs, ainsi que nous l'avons 
dit deja, ces arcs ogives, ayant un diametre 0D tres-long relativement, 
aux diametres des arcs-doubleaux CF, les obligeaient a relever beau- 
coup les Clefs G, ce qui genait la pose des entraits des charpentes, ou 
necessitait des eleviations considerables de bahuts au-dessus des forme- 
rets CE. En bandant des voütes en arcs d'ogive par travees, les arcs 
ogives AH etant plein cintre, il etait facile de faire que les clefs L de ces 
arcs ogives ne fussent pas au-dessus du niveau des clefs K des arcs- 
doubleaux Al, MH, qui etaient en tiers-point. 
Nos lecteurs en savent assez maintenant, nous le croyons, pour com- 
prendre, dans son ensemble aussi bien que dans ses details, la con-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.