Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1119019
[ DEVELOPPEMENTS ]  165  [ CONSTRUCTION ] 
cipes les plus simples chez des artistes procedant toujours par le raison- 
nement. 
Cependant, voici qui nous prouve qu'il ne faut jamais se presser de 
porter un jugement sur un art qu'a peine nous commencons a dechif- 
frer. Entrons dans les collateraux de la cathedrale, doubles dans la nef 
comme autour du choeur; mais remarquons, en passant, que cette nef 
fut batie quinze on vingt ans apres le choeur, et que les architectes du 
commencement du x1110 siecle qui l'ont elevee proütaient des fautes 
commises par leurs predecesseurs. Nous observons que les piliers qui 
separent les doubles collateraux de la nef ne sont passemblalxles entre 
eux; de deux en deux, nous voyons alternativement une colonne mono- 
eylindrique composee de tambours de pierre, et une colonne centrale 
egalement composee de tambours, mais ilanquee de dix colonnettes 
en delit d'un seul morceau chacune (voyez le plan fig. 92). Pourquoi 
cette difference de construction  Est-ce caprice, fantaisie? Mais 
pour peu qu'on ait etudie ces monuments, on demeure convaincu que 
le caprice n'entre pour rien dans les combinaisons des constructeurs 
de cette epoque, surtout s'il s'agit d'un membre d'architecture aussi 
important que l'est un pilier 1. La question: a Pourquoi cette diffe- 
rence ?  etant posee, avec quelque attention nous la resoudrons 
bientot. (les piliers intermediaires A, entoures de colonnettes en delil, 
sont au droit des colonnes de la grande nef qui recoivent la charge la 
plus forte, dest-a-dire un arc-doubleau et deux arcs ogives. Or, il faut 
savoir que, primitivement, les arcs-houtants de la nef n'etaient pas ceux 
que nous voyons aujourd'hui, qui ne datent que de la seconde moitie 
du Xllle siecle. Ces arcs-boutants primitifs etaient a double volee, c'est- 
a-dire qu'ils venaient d'abord se reposer sur un pilier intermediaire 
pose surles piles AB du double collateral, et qu'ils etaient contre-butes 
a leur tour par des arcs-boutants secondaires franchissant les espaces 
AC, BD (voy. au mot ÜATIIEDIIALE, lalfig. 2 donnant la coupe de la nefde 
Notre-Dame de Paris). Certainement les arcs-boutants destines a contre- 
buter Farrivee des xarcs-doubleaux et arcs ogives des grandes voütes 
etaient plus puissants que ceux destines seulement a contre-buter un 
simple arc-douhleau a peine charge. Peut-titre meme Farc-doubleau 
intermediaire des grandes voütes n'etait-il pas contre-bute par un arc- 
boutant, ce qui n'eut pas empechc les voütes de conserver leur cour- 
bure, puisque, dans les deux bras de la croisee, nous voyons encore des 
zircs-doubleaux simples, ainsi abandonnes a eux-memes, qui ne se sont 
pas deformes. Les explications precerlentes contenues dans cet article 
ont fait voir que le pilier vertical portant les voütes ne joue qu'un role 
secondaire, et qu'une grande partie du poids des voütes soutiree par 
1 Le caprice est une de ces explications admises dans bien des cas, lorsqu'on parle de l'ar- 
chitecture gothique; elle a cet avantage de rassurer la conscience des personnes qui aiment 
mieux trancher d'un mot une question difficile que de tenter de Fetudier
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.