Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118785
[  1  142  f DIÜSVELOPPEMENTS 1 
mal a la courbe, tandis que les lits des deux arcs ogives sont encore 
horizontaux; en P, le troisieme sommier ne portant plus l'arc-dou- 
bleau, qui est des lors independant, mais portant encore les deux arcs 
ogives dont les lits superieurs sont horizontaux; en Q, le quatriemo 
sommier ne portant plus que Pepaulement derriere les arcs ogives pour 
poser les premiers moellons des remplissageä; 611 R, le linteau d0lll 
nous parlionstoutafheure, reliantles sommiersala pile dont les assi- 
ses sont tracees en S: ce linteau porte les epaulements derriere les arcs 
ogives, car il estimportant de bien etayer ces arcs ogives independants 
deja et dont les claveaux sont figures en T, tandis que l'un des claveaux 
de Farc-doubleau est figure en V; en X, l'assise du contre-fort exte- 
rieur portant amorce de l'appui des fenetres, les bases des colonnettes 
exterieures de ces fenetres, et le tilet passant par-dessus le filet-solin 
du comble, ainsi que l'indique le detail perspectifY. Darrivee des cla- 
veaux des arcs-boutants vient donc buter le linteau R, et apartir de cc 
linteau, l'intervalle entre la pile S eLla voüte est plein (voy. la vue inte- 
rieure, fig. 78). 
Si nous examinons la coupe figure '79 bis, nous voyons que le contre- 
fort X, le mur du triforium Y, le passage Z et la pile interieure pre- 
sentent une epaisseur considerable ; car ce passage est assez large : 
le mur et le contre-fort ont ensemble 0'260 environ, et le groupe de 
colonnes composant la pile interieure 0'250. Or tout cela doit porter 
sur un seul chapiteau couronnant une colonne cylindrique. Il y aura 
evidemment un porte a faux, et si le contre-fort X vient a s'appuyer sur 
les reins de Farc-doubleau du bas cote, la pression qu'il exercera fera 
chasser la colonne en dedans, lui fera perdre son aplomb, et, une fois 
son aplomb perdu, tout Fequilibre de la construction est (letruit. Le 
constructeur a d'abord donne (fig. 81) au chapiteau la formeA; c'est- 
ä-dire qu'il a ramene l'axe de la colonne dans le plan vertical passant 
par le milieu de Parchivolte B. Sur ce chapiteau il a pose deux som- 
miers, G, D a lits horizontaux : le premier sommierGportant les bases 
des colonnettes en delit, montant jusqu'a la naissance des grandes 
voütes ; le troisieme sommierE porte les coupes normales aux courbes 
de Parc-doubleau, des arcs ogives et des archivoltes, car, a partir de ce 
sommier, les arcs se degagent les uns des autres. Affranchi des arcs 
qui des lors sont poses par claveaux independants. le constructeur a 
monte une pile formant harpe a droite eta gauche, F, G, H, I, K, en en- 
corhellement jusquät l'aplomb du contre-fort L; dans l'assise I, il aeu 
le soin de reserver deux coupes M, pour recevoir des arcs en de- 
charge portant le mur du triforium N. La pile interieure O, composee, 
comme nous l'avons dit ci-dessus, d'un faisceau de colonnettes en delit, 
porte sur le parement interieur de cette pile. Il est entendu que les 
assises F, G, H, I, K, sont d'un seul morceau chacune et fortes. Le poids 
le plus lourd 012 la Päsislance qui presente le plus de roide est la pile 0, 
puisqu'elle porte verticalement les voütes contre-butees; le contre- 
fort L ne porte presque rien. car la tete de l'arc- boutant ne le charge
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.