Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118760
 CONSTRUCTION ] -'l'40  [ nsvsLorrnMaNfrs "j 
pinacle, charge la pile en dehors de son aplombjusqu'au point E, c'est- 
a-dire jusqu'au point ou la rupture de Farc-boutant aurait lieu; il 
arrete donc cette rupture, car sous la charge le point S' de Farc-boutant 
ne peut se relever; mais le pinacle D ne fait que comprimerFarc, il ne 
le charge pas, puisque l'espace G0 est plus grand que l'espace 0P: 
donc la charge du pinacle, qui est une construction homogene bien 
faite, en grandes pierres de taille, se porte sur 0G, le centre de gravite 
du pinacle etant entre O et G; donc l'arc demoli, ce pinacle resterait 
debout; donc il charge la pile K d'un poids superieur acelui qu'aurait 
un pinacle n'ayant q-ue FG de largeur; donc il assure ainsi la siabilite 
de la pile FG, trop faible par elle-meme pour resister a la poussee sans 
l'appoint de cette charge, et en meme temps il comprime les reins de 
Farc-boutant au point ou cet arc tendrait a se briser en se relevant. 
Le fait est encore plus probant que toutes les deductions logiques ; la 
construction de Notre-Dame de Dijon, malgre la faiblesse de ses contre- 
forts exterieurs, n'a passubi la moindre deformation. Ne perdons pas 
de vue" Pinterieur; observons que les voütes ne poussent pas directe- 
ment surla tete des arcs-boutants, et qu'entre la tele de ces arcs el le 
sommier de la vioüte il existe, au-dessus du triforium U, un contre- 
fort interieur V seulement au droit de cette poussee, et qui neutralise 
singulierement son action. Etudions les details : lebloc de pierre T, 
contre lequel vient buter le dernier claveau de Parc-boutant, n'est autre 
que le linteau portant le contre-fort dont nous venons de parler, et 
dans la hauteur duquel linteau sont. pris les deux chapiteaux qui por- 
tent les formerets de la voüte (voy. fig.  (le linteau est juste pose 
au niveau de l'action de la poussee de la grande voüte. 
Dissequons cette construction piece a piece (fig. 80). Nous voyons : 
en A, la colonne, quille principale du triforium au droit des piles qui 
portent les naissances d'un arc-doubleau et de deux arcs ogives, quille 
tlanquee de ses deux colonnettesB; en G, les grandes colonnettes en 
delit qui posent sur le tailloir du gros chapiteau du rez-de-chaussee, 
et qui passent devant le groupe ABB pour venir sous l'assise M des 
chapiteaux des arcs de la grande voüte, assise d'un seul morceau; en 
D, le chapiteau du triforium ; en -E, lesommier de Parcature du trifo- 
rium, d'un seul morceau; en F, les deux morceaux fermant Farcature ; 
en G, l'assise du plafond du triforium reliant Parcature et l'assise des 
chapiteaux M au contre-fort exterieur sous le comble, contre-fort dont 
les assises sont tracees en H; en G' une des dalles posees a la suite de 
celle G et reliant le reste de l'arcature a la cloison batie sous les fene- 
tres superieures dontl est l'appui (ces dalles G' portent le filet-solin K 
recouvrant le comble du bas cote); en L, le premier morceau du con- 
tre-fort exterieur vu au-dessus du comble; en M, l'assise des chapi- 
teaux des grandes voütes portant les deux bases des colonnettes en 
delit des formerets; en N, le sommier des grandes voütes dont le lit 
superieur est horizontal, et quijportev les naissances des deux arcs 
ogives et de Farc-doubleau ; en 0, le second sommier portant les deux
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.