Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Construction-Cyborium]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117188
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1118673
L DEVELOPPEMENTS ]  131  f CONSTRUCTION] 
d'une qualite superieure, nous fournit la preuve la plus evidente de 
ce fait. 
DEVELOPPEMENTS (xme SIECLE).  ADijon, il existe une eglise de medio- 
cre dimension, sous le vocable de Notre-Dame ; elle fut batie vers 1225: 
c'est un chef-d'oeuvre de raison, ou la science du constructeur se cache 
sous une simplicite apparente. Nous commencerons par donner une 
idee de la structure de cet edifice. Le chevet, sans collaterzil, s'ouvre 
sur la croisee ; il est flanque de deux chapelles ou absides orientees 
comme le sanctuaire, et donnant sur les transsepts dans le prolonge- 
ment des bas cotes de la nef. 
L'abside de Notre-Dame de Dijon ne se compose, a Finterieur, que 
d'un soubassement epais, peu eleve, portant des piles isolees reliees en 
tout sens, et n'ayant pour cloture exterieure qu'une sorte de cloison 
de pierre percee de fenetres. Naturellement, les piles sont destinees 
äporterles voütes ; quant aux cloisons, elles ne portent rien, elles ne 
sont qu'une fermeture. A Pexterieur, la construction ne consiste qu'en 
des contre-forts. La figure '75 donne une vue perspective de cette abside; 
etant depourvue de bas cotes, les contre-forts contre-butent directe- 
ment la voüte sans arcs-boutants 1. Ces contre-forts sont epais et soli- 
des ; en eux seuls reside la stabilite de Peditice. Rien n'est plus simple 
d'aspect et de fait que cette construction. Des murs minces perces de 
fenetres ferment tout l'espace laisse entre les contre-forts. Un pas- 
sage exterieur en A est laisse pour faciliter les reparations des grandes 
verrieres. Tous les parements sont bien garantis contre la pluie par 
des pentes sans ressauts et des corniches ou bandeaux. Ce n'est evi- 
demment la qu'une enveloppe solide, un abri. Entrons maintenant 
1 On voudra bien nous permettre a ce sujet une observation. En appreeiant le plus 
ou moins de merite des erlilices religieux gothiques, quelques critiques (qui ne sont pas 
architectes, il est vrai) ont pretendu que, des eglises du moyen äge en France, la plus 
parfaite, celle qui indique de la part de l'architecte une plus grande somme de talent, est 
la sainte Chapelle de Paris, car cette eglise conserve une parfaite stabilite sans le secours 
des arcs-boutants; et, partant de liuÄlcs memes critiques, heureux sans doute d'avoir fait 
cette decouverte, ont ajoute: u Uarc-boutant, etai permanent de pierre, accusant l'impuis- 
u sance des constructeurs, n'est donc qu'une superfetation barbare, un jeu inutile, puisque, 
a meme pendant le moyen äge, des artistes habiles ont su s'en passer. l) L'argument est 
fort; mais la sainte Chapelle n'a pas de bas cotes; partant l'architecte n'etait pas oblige 
de franchir cet espace et de reporter les poussees des grandes voütes a Yexterieur en 
dehors de ces bas cotes. C'est ainsi pourtant qu'on parle presque toujours d'un art qu'on 
ne connait pas; et la foule d'applaudir, car les praticiens ne croient pas qu'il soit neces- 
saire de refuter de pareils arguments. Ils ont tort: une erreur repetee cent fois, fut-elle 
des plus grossieres, mais repetee avec assurance, finit chez nous par etre admise parmi 
les verites les moins contestables; et nous voyons encore imprimer aujourd'hui, de la 
meilleure foi du monde, sur les arts et en particulier sur l'architecture gothique, des argu- 
ments refutes depuis longtemps par la critique des faits, par l'histoire, par les monuments 
et par des demonstrations appuyees sur la geometrie. Tout ce travail de la verite qui veut 
se faire jour passe inapercu aux yeux de certains critiques, qui pretendent probablement 
ne rien oublier ct ne rien apprendre.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.