Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1112645
[ CHATEAU ]  '70  
le duche de Normandie; en cela il suivait l'exemple de la plupart des 
seigneurs normands, qui, voyant a la tete du duche un jeune homme 
ä peine sorti de l'adolescence, se preparaient a lui ravir un heritage 
qui ne paraissait pas du a sa naissance illegitinie. En effet, a dans les 
premiers temps de la vie de Guillaume le Batard, dit Guillaume de 
Jumiegesl, un grand nombre de Normands egares ou infideles eleve- 
rent dans beaucoup de lieux des retranchements et se construisirent 
de solides forteresses v. Sans perdre de temps, et avant de devoiler ses 
projets de revolte, Guillaume dlArques se mit a l'oeuvre, et, peu d'an- 
nees apres l'investiture de son comte, le village (l'Arques voyait s'il-hiver, 
a Tcxtremite de la langue de terre qui le domine, une vaste enceinte 
fortitiee, protegee par des fosses profonds et un donjon formidable. 
Mais c'est ici qullpparait tout (l'abord le genie norniaiul. Au lieu de 
profiter de tout l'espace donne par Fextremite du promontoire crayeux, 
et de considerer les escarpements et les vallees environnantes comme 
un fosse naturel, ainsi que l'eut fait un seigneur francais, (luillaume 
d'Arques lit creuser au sommet de la colline un large fosse, et c'est 
sur Fescarpe de ce fosse qu'il elevzi l'enceinte de son chateau, laissant, 
ainsi que l'indique la figure 2, entre les vallees et ses (lefenses, une 
crete A, sorte de chemin couvert de deux metres de largeur, (lPPPlÜPP 
lequel Yassaillant trouvait, apres avoir gravi les escarpements natu- 
rels B, un obstacle infranchissable entre lui et. les murs du ehäteau 
Les cretes A etaient d'ailleurs munies de palissades, heripzcns, qui pm_ 
tegeaient le chemin couvert et permettaient de le garnir de defcnseut-s, 
ainsi qu'on le voit en G. Un peu au-dessus du niveau du fond du fosse, 
les Normands avaient eu le soin de percer des galeries longitudinales S 
qui permettaient de reconnaitre et dlarreter le travail du mineur qui 
se serait attache a la base de Fescarpe. A Arques, ces galeries souter- 
VII, cap.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.