Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1112636
 69  [ CHATEAU ] 
rait le donjon se garnissait de cabanes elevees a la hate, et devenait 
Un camp fortifie dans lequel chacun apportait ce qu' il avait de plus 
precieux, des vivres et tout ce qui etait necessaire pour soutenir un 
Slfige ou un blocus. Cela explique ces defenses etendues qui semblent 
faites pour contenir une armee, bien qu'on y trouve a peine des traces 
dhabitationuüependant les Normands coiicoivent la forteresse dans 
des vues politiques autant que personnelles; les seigneurs francais 
profitent de la sagacite deployee par les barons normands dans leurs 
ouvrages militaires, mais seulement avec Fidee de defendre le domaine, 
de trouver un asile sur pour eux, leur famille et leurs hommes. Le 
chäteau normand conserve longtemps les qualites d'une forteresse 
Cmnbinee de facon a se defendre contre Passaillant etranger; son 
assiette est choisie pour commander des passages, intercepter des 
Communications, diviser des corps (Yarmee, proteger un territoire; 
ses dispositions interieures sont comparativement larges, destinees a 
Contenir des compagnies nombreuses. Le chäteau francais ne seleve 
C111 EH vue de la garde du domaine feodal; son assiette est choisie 
d? faQOH 5116 proteger seul; ses dispositions interieures sont com- 
pllquees, etroites, accusant l'habitation autant que la defense; elles 
Vindiquent la recherche d'hommes reunis en petit nombre, dont 
toutes les facultes intellectuelles sont tendues vers une seule pensee, 
Celle de la defense personnelle. Le chateau francais est comme un 
äfsftupf de Chäteaux qui, au besoin, peuvent se defendre les uns contre 
Pusäungiäläledselgllellvr francais s'empare, au xiif siecle, de l'esprit de 
 , et 11 lapplique aux moindres details de sa residence, 
Ünäetrapetissantapour ainsi dire. 
NOUÜS ggälfglcgeneral trace, nous passerons a l'examen des monuments. 
 cuperons d abord du chäteau normand, le plus avance au 
POfHt de vue militaire pendant le cours du Xle siecle. Le chäteau d'Arques, 
Dres de Dieppe, nous servira de point de depart, car nous retrouvons 
flläore dans son assiette et ses combinaisons de detail les principes de 
Arefflnse fwrmande Pfilnitxive. Sur le versant sud-ouest de la vallee 
tenu? cfaääyguggelques kilometres de la mer, se detache une langue de 
 qui forme comme une sorte de promontoire defendu 
läfnlla natulre de trois cotes. C'est a Fextremite de ce promontoire que 
son 33151619 ,1o_ncle tde Guillaume lerBzttard, par suite de la donation que 
resse (10151: ui avait faite du comte dArques vers IIQ-Ä-Ü, eleva la forte- 
ätre exist allons essayerIde faire comprendre 1 importance. Peut- 
rieures ä aIt-tl 6 eia sur_ce point un chateau : des constructions ante- 
(Tambiti ce e poque, il ne reste pas trace. Guillaume d Arques, plein 
on, reconnut le don de son neveu en cherchant a lui enlever 
portant, une maison, une cour et un jardin, et payant cettejouissance au seigneur au moyen du 
fedpvances en nature, s'il sätaient ätablis ä la campagne, ou d'une charge Whübergeage, S'ils 
etalent dans une ville. La condition des hätes diffäre peu d'ailleurs de celle du paysan- 
' fi Hic Willelmus castrum Archarum in cacumine ipsius montis condidit. n (Guillaume 
ÜG Jllmiäges.)  a Arcas castrum in page Tellau primus statuit. n (Chron. de Fontanelle)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.