Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1117021
[ CONDUITE ]  508  
de maniere a eviter "tout engorgement. Voici (fig. et) en A la section 
horizontale de ces conduites, en B leur elevation perspective, en G la 
coupe sur l'axe de la conduite. Habituellement, comme nous l'avons 
indique en D, les conduites verticales de plomb enfermees dans des 
coffres de pierre ont leur sommet elargi en cuvette et dont les bords 
sont pinces sous l'assise du cheneau, l'orifice de celui-ci formant lar- 
mier sous le lit inferieur. Dans le cas present, l'eau ne coulant vers 
l'orifice que d'un cote, ce larmier n'existe que sous la chute, ainsi que 
nous l'avons trace en D. Dans les grands edificcs eleves au commence- 
ment du X1119 siecle, les eaux des cheneaux superieurs se deversaient 
par des gargouilles a gueule bec sur les chaperons non creuses des 
arcs-boutants, comme a la cathetlraile de Reims encore aujourd'hui. 
Les eaux degradaient rapidement ces chaperons. On leur donna la 
section d'un canal; mais le vent poussait le jet des gargouilles en de- 
hors de ces canaux : c'est pourquoi on adopta les chutes verticales 
enfermees dans des coffres de pierre au-dessus des tetes des arcs-bou- 
tants. Toutefois, quand Ineme les eaux des combles superieurs des 
grands edifices etaient menees par des conduites, celles-ci n'arrivaient 
qu'au niveau des cheneaux des chapelles ou bas cotes, et de la elles 
etaient rejetees sur le sol par des gargouilles, suivant, la methode la 
plus ordinaire. Les contre-forts superieurs du choeur de la catheflrale 
d'Amiens recevant les arcs-boutants (1260 environ) laissent voir, dans 
l'un de leurs angles rentrants, de longues entailles cylindriques desti- 
nees a recevoir des tuyaux de descente de plomb qui n'ont jamais ete 
poses (fig. 5); la meme disposition est adoptee pour Pecoulement des 
eaux pluviales dans la cathedrale de Nevers. En A, est tracee la section 
horizontale de ces entailles. Les eaux descendent des cheneaux supe- 
rieurs par les caniveaux B servant de chaperons a la claire-voie des 
arcs-boutants. Dans Pepaisseur du contre-fort, au niveau C, est une 
cuvette qui devait recevoir ces eaux pour les rejeter dans la conduite 
verticale posee dans l'entaille. Ce n'est qu'en Angleterre que nous 
trouvons, des le XIVB siecle, des conduites de plomb aboutissant a la 
base des edifices. Au lieu d'etre cylindriques, ces conduites donnent, 
en section horizontale, un carre, et cela etait fort bien raisonne. Un 
cylindre ne peut se dilater; il en resulte que, dans les fortes gelees, si 
les conduites sengorgent, l'eau glacee prenant un volume plus fort que 
l'eau a Petat liquide, ces conduites sont sujettes a crever. Un tuyau 
dont la section est carree peut se dilater, et les ruptures sont moins a 
craindre. Ces tuyaux de plomb, poses le plus souvent dans des angles 
rentrants, sont faits par parties entrant les unes dans les autres, comme 
nos tuyaux de fonte de fer, avec collets et colliers de fer ou de bronze 
qui les maintiennent a leur place; ils sont surmontes de cuvettes ega- 
lement de plomb, et de dauphins a leur partie inferieure (tig. 6). 
Au XVle siecle, on posa souvent des conduites de plomb cylindriques 
dans les grands edifices francais, et ces tuyaux sont presque toujours
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.