Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1116742
[ COLLEGE ]  180  
a sonne encore ne s'etant avise de fonder des colleges ou hospices. Je 
w me sers du mot hospice, non sans raison; car les colleges qu'on vint 
a a batir d'abord n'el,oient simplement que pour loger et nourrir de 
(c pauvres etudians. Que si depuis on y a fait tant d'ecoles, ce n'a ete 
a que longtemps apres, et pour perfectionner ce que les fondateurs, en 
a quelque faqon, n'avoient qu'ebauche. v 
Sous le regne de saint Louis cependant furent fondes et rentes les 
colleges de Galvi, de Premontre, de Cluny et des Tresoriers. a Mais, 
u ajoute Sauval, comme depuis ce temps-la, tant les rois que les reines, 
a les princes, les eveques, outre beaucoup de personnes riches et cha- 
(K ritables, en firent d'autres presque a l'envi, insensiblement il s'en 
a forma un corps, dont l'union fut cause que ce grand quartier ou ils 
a se trouverent prit le nom d'Unz'versz'tä..... Or par ce moyen des col- 
u leges tout le quartier devint si plein d'ecoliers, que quelquefois ils 
u ont force, tant. le Parlement que ceux de Paris, et les rois eux-memes, 
(c a leur accorder ce qu'ils demandoient, quoique la chose füt injuste. 
a Et de fait leur nombre etoit si grand, que, dans Juvenal des Ursins, 
o il se voit qu'en 11109 le recteur alla en procession a Saint-Denis en 
a France pour Fassoupissement des troubles, et, lui n'etant qu'aux 
u lNIathurins (Saint-Jacques), les ecoliers neanmoins du premier rang, 
a et qui marchoient a la tete des autres, entroient deja dans Saint- 
a Denis. v 
Des le X1118 siecle, Paris etait devenu la ville des lettres, des arts 
et des sciences en Europe. Les eleves y aftluaient de FAngIeterre, de 
PAIIemagne et de Fltalie 1. Les ecoliers, reunis d'abord dans des mai- 
sons que louaient des recteurs ou que donnaient des particuliers, pu- 
rent bientot s'assembler dans des etablissements construits pour les 
contenir. En 1252, saint Louis institue le college de la Sorbonne. Ro- 
bert de Sorbonne fonde le college de Galvi. En 1216, les Bernardins, 
moines de l'ordre de (liteaux, erigent les ecoles des Bernardins. En 
1255, l'abbe de Premontre achete neuf maisons de la rue des Etuves 
afin de batir a leur place un college pour les religieux. En 1269, Yves 
de Verge, abbe de Gluny, fonde un college au-dessus de la rue de la 
' C'est la un fait que devraient supprimer d'abord les personnes qui, nous ne savons 
pour quel motif, ne veulent pas admettre une influence purement franeaise sur les arts 
du moyen äge. Que cette influence derange les systemes qu'elles veulent faire prevaloir, 
cela est fächeux; mais il serait bon d'opposer autre chose que des phrases banales a des 
faits dont tout le monde peut reconnaitre l'importance. Ce XIIF sieclc, livre ä. la barbarie 
et il l'ignorance, couvre tout un quartier de Paris d'etablissements destines non-seulement 
a l'enseignement, mais encore au logement gratuit des ecoliers pauvres; des rentes atta- 
chees a ces etablissements sont alfectees au payement des professeurs et il la nourriture 
des eleves. Il est certain qu'une ville qui pense ä bätir des colleges et 51 reunir dans son 
sein des ecoliers venus de tous les coins de I'Europe, meme aux depens de sa tranquillite 
interieure, avant de songer al aligner ses rues, ä elever des marches, des abattoirs, a faire 
des trottoirs et des egouts, est une ville peuples de sauvages laissant dans l'histoire un 
pernicieux exemple.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.