Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1116420
CLOITRE 
 448  
u lit mult 10v en va 51 l'encontre, 
a Et dist : a Je croi miex vous en fust, 
a Se ce gfon a mis en ce fust 
a Por fere entaillicr ces ymages 
a Fust mis en prou; c'or est ilomages 
a Qui a l'amer de Dieu cl cucr 
u Les ymnges qu'il voit dcfuer, 
a Si ne li font ne truit ne ehaut. 
a Endroit de moi il ne m'en chant, 
a Et bien sachiez, ce me conforte, 
ff Que chaseiln cresliens, lä, porte 
r: Les ymages el cuer dcdenz. 
a Les levres muevrc ne les dcnz 
a Ne font pas la religion, 
a Mes la bone compontion  n 
Un liuguenot n'aurait pas parle autrement. au xvP siecle. 
Afin de meubler la nudite des murs interieurs des galeries des cloi- 
tres entre les culs-de-larnpe portant les voutes, on les decorait (le pein- 
tures et meine quelquefois de bas-reliefs et (Parcatures. Le cloitre de 
la cathedrale de Toul, commence vers 1240 et termine il la fin du X1112 
siecle, nous donne une jolie decoratitm de ce genre, consistant en une 
suite (YZIPCMUITBS trilobees, sous chacune desquelles etait sculpte un 
[ietit bas-relief porte sur une sorte de tablette ornee peu saillante. 
Nous donnons (fig. 31) l'une des travees interieures de ce clcitre "l. 
A Pexterieur, le cloitre de la cathetlrzile de Toul presente une disposi- 
tion analogue il celle des cloitres de Noyon et de Soissons, si ce n'est 
que les formerels des voiites ne penetrent pas a traverstepaisseur du 
mur, et. que les archivoltes des claires-voies sont bandees en dedans 
de ces formerets. ll reste ainsi, de chaque cote des contre-forts, une 
portion de trumeau. Cette disposition est moins franche que celle des 
cloitres presentes ci-dessus. D'ailleurs la galerie näitait point. vitree. 
A Toul, les cheneaux du cloitre sontdisposes d'une facon particuliere: 
ils consistent, au-dessus de la corniche, en une assise de pierre taillee 
suivant les pentes correspondant a Pecouleinent des eaux, lequel a 
lieu par les gargouilles percees au milieu de chaque tete de contre- 
fort (fig. 32). 
Jusque vers le milieu du X111" siecle, les combles des cloitres egout- 
tent, saufde tres-rares exceptions, leurs eaux directement. sur le preau 
sans cheneaux; la presence des cheneaux est un perfectionnement qui 
depuis fut introduit. dans la construction des cloitres. Dans les localites 
ou l'eau de source manquait, on protita des combles des cloitres et 
f (Euvres compl. de Rutebeuf, recueillies par A. Jubinal, Paris, 1839  la Ific de sainte 
Elysabel, t. Il, p. 216. 
2 H ne reste plus que des traces des bas-reliefs, qui, ä la fin du dernier sibclc, ont ätd 
brisäs. M. Boeswilwald a bien voulu nous fournir les dessins de ce cloitre.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.