Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1112295
CHARPENTE 
premcnt parler, (Pentraits, comme elle n'a pas (Farbaletriers. (l'est la 
une disposition exceptionnelle en France, ou du moins qui ne se ren- 
contre que dans des cas particuliers comme celui-ci. Mais il faut ob- 
Server que le chevronnage se rapproche beaucoup de la verticale, qu'il 
est tres-leger, et qu'entin les jamhettes qui stassemblent dans la sa- 
bliere posee au-dessus du plancher sont fortes et llltllllllülllltllli, la pous- 
See des chevrons par leur courbure. Les entraits de cette charpente ne 
sont, par le fait, que les enormes poutres transversales du plancher 
qui retiennent lecartenient des murs. 
Mais si nous voulons voir des charpentes apparentes dont Fecarle- 
ment est maintenu sans entraits, et au moyen d'un systeme d'assem- 
blage ditferenti de ceux que nous venons d'examiner, il faut aller en 
Angleterre. Quand, par exception, les Anglais ont arme d'cntraits les 
fermes de leurs (rharpcntes, il semble qu'ils n'aient pas compris la fonc- 
tion de cette piece, qui est, (IOHIHIP chacun sait, (Farreter seulement 
Teicztrtenient des arhaleitriers; Fentrait ne doit rien porter, mais au con- 
traire il a besoin dlätre suspendu au poincon au milieu de sa portce; 
car de sa parfaite horizontalite flepenrl la stahilite de la terme. On trouve 
encore, en Angleterre, des charpentes du XIIte sieele comhinees de telle 
facon que Pentraitporle le poincon (dtisignfä sous le nom de poteau rogfal), 
PI par suite toute la ferme. Dans ce cas, l'ent.rait, est une enorme piece 
de hois posee sur son fort. Depuis longtemps, en France, on elevait. des 
charpentes dans lesquelles la l'onction de Fentrait etait parfaitement 
comprise et appliquee, que, de l'autre cote de la Manche, et probable- 
ment en Normandie, on persistait a ne voir dans Fentrait: qu'un point 
(l'appui. Il nous serait difficile de decouvrir les motifs de cette igno- 
rance d'un principe simple et connu de toute antiquite. Peut-etre cela 
tient-il seulement a la facilite avec laquelle, dans ces contrees, on se 
procurait des hois d'un enorme equzirrissage etde toutes formes. Ainsi, 
dans une salle, a  la charpente remonte a 
4270, nous trouvons un comble qui repose presque entierement sur une 
poutre tires-grosse, posee sur son fort, et qui, par le fait, tient lieu d'en- 
trait en meme temps qu'elle supporte toutle systeme de la charpente. 
Nous donnons (fig. 27 bis) en A une ferme principale, et en B la coupe 
lfmgitudinale de cc comble. Il ne se compose que (l'une seric de che- 
Vrons armes dentraits retrousses R et. de liens. Les entraits retrousses 
Peposent sur une forte filiere F soulagee par des liens G et reportant la 
Charge sur un poingftm D, pose lui-meme sur fentrait ou la poutre E. 
,0n concevra que des constructeurs qui comprenaient si mal la 
fonction de Fentrait. aient cherche a se priver de ce membre. Aussi 
Y0yons-nous, des le XIYÜ siecle, les Anglo-Normands chercher des com- 
binaisons de charpentes de combles dans lesquelles Fentrait se trouve 
Supprime. Ces combinaisons doivent etrc indiquees par nous, car cer- 
tainement elles etaient cmployees, pendant le moyen fige, en Norman- 
die, dans le nord de la France, et. les charpentes des xn" et xvc siecles
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.