Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1116324
f CLOITHE j  438  
de pierre et de leur donner un fort volume comparativement au dia- 
metre et ala hauteur de la colonne; comme de poser ces colonnettes, 
generalenlent peu ou point galbees, celle du dedans ayant son parc- 
ment interieur vertical, et celle exterieure legerement inclinee, ou, 
pour employer un terme debätisse, ayant du fruit sur le dehors. 
Une figure est necessaire pour faire comprendre cette precauticn 
des constructeurs romans. Soit (fig. 22) la coupe d'une colonnade 
LTX f) 22 de cloitre portant des archivoltes. 
 Soient A lhnterieur de la galerie et 
.1  B le preau : la colonnette G sera po- 
  see verticale, tandis que la colon- 
Nj M nette D sera posee inclinee de 2 ou 
i, 4 Z3 CGIIllIDfElPBS de G en H. La base 
  double I etant prise dans un seul 
lf li morceau de pierre, ainsi que le 
ff-fiffiffef   chapiteau double K, les deux colon- 
  l  nettes forment ainsi un veritable 
 chevalement resistant a une pous- 
fläfälvxwÜiliiäxyl sire agissant suivant la ligne LM. 
 ilftffff Malgre ces precautions, basees sur 
G une observation tres  juste, le 
t  t il  temps, la negligetlce,Patiaissement 
is-  if, {l de charpentes mal entretenues et 
ltp    pourries, ontcependant fait (lever- 
A   t? I: B ser la plupart des colonnades des 
 il l]  cloitres romans couverts par des 
    lambris. Mais ce qui nous a permis 
    de constater ce fait interessztnt, ce 
le  1) l  sont les centres des bases, en plan, 
 1 1"- qui sontpresque toujours plus ecar- 
ltfff- tes que les centres des astragales 
l. 4   des chapiteaux de 1,2 ou meme 
U; a   3 centimetres; c'est encore l'ali- 
  gnement du parementinterieiirdes 
bahuts 0 (qui n'a pu changer), compare a l'alignement primitif inte- 
rieur N des archivoltes, donne par les angles des cloitres, lesquels 
n'ont pu varier non plus. Mais nous avons l'occasion de nous etendre 
sur ces precautiotis des constructeurs dans la pose des membres 
de l'architecture au mot CONSTRUCTION. 
Pour clore ce que nous avons a dire sur les cloitres romans, nous 
signalerons a nos lecteurs le cloitre de Saint-Lizier (Ariege) [fin du 
xm siecle]. Sa construction est d'une extreme simplicite. Il se compose 
de deux etages de galeries, l'une au rez-de-chaussee, de maconnerie, 
l'autre au premier etage, de charpente. La figure 23 donne la moitie du 
plan general de ce cloitre, et la figure 24 sa coupe, avec Pelevation des 
galeries. On ne sauraitbatir deux etages de portiques avec plus decoe
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.