Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1116075
413 
CLOITRE 
a auxquelles la maison citait imposee ' n. Ces maisons etaient flolees do 
terres et de rentes, mais elles etaienl en meme temps grevees de charges 
nombreuses et tres-variees; aussi les chanoines ehertrhaient-ils les 
moyens de diminuer, autantque faire se pouvaitltitenilne de ces char- 
ges par des heneficcs etrangers a leur etat. Ils vendaiient du vin en detail, 
ouvraient meme des tavernes, louaient partie des locaux qui leur etaient 
alfectes; aussi les statuts capitulaires suppriment expressement ces 
abus, ce qui prouve qu'ils existaient. Ils defendent aussi atout chanoine 
de laisser passer la nuit dans la maison claustrale e a aucune femme, 
a religieuse ou autre, a l'exception de sa mere, de sa scieur, de sa pa- 
(f rente au troisieme degre, ou d'une femme de haut rang qu'on ne peut 
e eeonduire sans scandale 2.  Ces statuts selevent a plusieurs reprises, 
pendant les Xllle etxlve siecles, contre les abus resultzint, de la presence 
des femmes dans le cloitre des chanoines. Le cloilre de Notre-Dame 
de Paris, comme la plupart de ceux des grandes cathedralcs, etait donc 
plutot une agglomeration de maisons comprises dans une enceinte fer- 
mee qu'un cloitre proprement dit. Cependant nousverronstoutal'heure 
que les maisons capitulaires ifexcluaient pas les galeries de eloitres 
dans certaines eglises cathedrales. Les cloitres de cathedrales conser- 
vaient ainsi souvent la physionomie d'un quartier ayant son enceinte 
particuliere, ses rues et ses places. L'aime Lebeuf3 nous apprend que 
le cloilre de la cathedrale dlfäuxerre ifetait, vers 1350, e qu'un znnas 
a de maisons voisines de Peglise Saint-Etienne, dont la plupart appar- 
K tenoient au chapitre par donation des particuliers, par echzinge ou 
a par acquisition"... Qu'il n'y avoit que deux portes a ce eloitre, vers la 
a riviere de l'Yonne..... L'on n'est pas bien certain, ajoute-t-il, quelles 
w etoient les bornes du cloitre dans le quartier d'en haut. li y avoit 
w seulement quelques marques qui en designoient les limites, comme 
(f (le grandes fleurs de lis et des croix de fer. Mais cet espace, quoique 
(f non ferme de ce cote-la, contenoit environ la moitie de l'ancien 
a AUXGPPR. Il y avoit franchise et immunite dans tout ce territoire pour 
ff tous les laiques meme qui y demeuroient et qui la vouloient recon- 
(f noitre etlarequeroient. lfeveque yavoit seul toute seigneurie et jus- 
(f tice temporelle haute, moyenne et liasse, excepte dans les maisons 
e des chanoines que Peveque Erard avoit exempltäes de sa juridiction 
' a Canonicus qui recipit domum in clzmstro jurat quod, mmo prcccnlcnti dicm qun 
ffrceepit illam, fccit stagium suum Pnrisiis par viginti scptimanas; itn quod quallibtrt 
u die fccit homm unnm vel in cnpitulo vcl in r-cvlesin..." Itmn jurat quod domum illam 
(f et appcndicins (lomus illius tencbit in cqnc honn statu in quo est, quando accipit illam, 
n vol etiam meliori, Jural ctiam quod Snlvet pcnsioncm domus illius et alla oncm (ÜGÜÜS 
u stututis ml hoc, nisi dihltioncnl hubm-rit ah illis ad quos pcrtinct reccptio predictorum. n 
(Üflffflul. Eccles. Parixiezzsis, purs II, lib. IX, fcb. 121.0, xxvln.) 
2  a Vel nisi uliquac magnates mulicrcs, qui!) sinc scandale evilari non possunL-H- 11 
(II1i1l., pars III, lib. xx, nom 124.5, L) 
3 zlläm. concernouzt Flzist. civ. et cccläsiast. (ÜAÜSDBTFE, par Fabbä Lebeuf, publiä Paf 
MM. Challc ct Qunntin, t. III, p. 2527.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.