Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1115626
CLOCHER 
308 
descend FEure jusque ltlvreux. Un rameau passe le detroit et couvre 
PAngIeterife. (les deux (lernieres eeoles occupent la Neustrie. Sur notre 
carte, les (livisions carloviiigieiiiies sont indique-es par des lignes 
ponctuees. Pendant: la premiere periode earlovingieniie, lläqtiitaiiic 
est, de toutes les provinces des Gaules, celle qui est la plus riebe par 
son etendue. son territoire et le (rounnerce qu'elle faisait avec la Bour- 
gogne, le Nord et la Bretagne; (fest celle aussi qui fait penetrer le plus 
loin tinlluenct? de ses ecoles d'architecture, La Neustrie. divisee par 
l'invasion normande, ne prend, jusqu'a la predoininzllxee des suzerains 
franqais, qu'une influence limitee. Que l'on veuille bien examiner avec 
attention cette (tarte (fig. til), on _v trouvera foerasion de faire de sin- 
gulieres observations. On voit, par exemple, qu'au x11" sit-cle, malgre 
les revolutions politiques survenues depuis la division des tiaules faite 
par Gliarlemzigne a sa mort, les populations avaient conserve presque 
intact leur caraotere (FAquitains, de Bourguignons, de Neuslrielns et 
mVAuStrasienS. Nos lecteurs penseront peut-etre que nous prenons la 
question de bien haut a propos de (zlochers, et nous ne devons pas 
oublier que nous avons plus d'une fois, depuis le (ronnnentzement de 
cet ouvrage, (aux accuse de supposer (les arts nationaux, des ecoles qui 
n'existeraient que dans notre imagination, il faut. donc que nous deve- 
loppions notre theme, en adressant. nos FOIIIPPCÄIIIOIÜS sinceiftes a roux 
qui nous donnent zliilsi l'occasion (l'aieoiiinulvi' les renseignements et 
les preuves propres a d-tr-lairer la (lueslion importante du (levelopptf 
ment de l'art de Parchiteelurfa sur le territoire occidental du continent 
europeen. 
Le cloetifar, plus qu'aucun autre editiee, nous facilite ce travail: car 
plus qu'aucun autre edifice il indique les goüts, les traditions des 
[iopulzitions 1 il est le signe visible de la grandeur de la cite, de sa 
richesse; il est l'expression la plus sensible de la civilisation a lzrfois 
religieuse et civile de (EOÜO epoque ; il prend de l'importance en raison 
du dcveloppeineiit de l'esprit. municipal; il se soustrait, plus que tout 
autre monument, aux influences monastiques : c'est, pour tout. dire en 
un mot, au xu" siecle, le veritable monument. national, dans un temps 
ou chaque ville importante formait un noyau presque independant 
de la feodalite seculicre ou clericaile. Le clocher peut etre (zonsidere 
comme le signe du developpement industriel et (fommercizil des cites. 
Les exemples que nous avons donnes jusqua present sont autant de 
jalons que nous avons signales, jalons qui sont poses sur les lignes 
tracees sur notre carte. Les preuves sont donc materielles, palpables. 
Observons maintenant. la direction de chacune de ces branches : elles 
suivent le cours des rivieres, ee qui est naturel, ou des grandes voies 
commerciales qui existent. encore aujourdhui, voies qui ont, singulie- 
rement aide au travaiil de centralisation du pouvoir monarchique. 
Prenons une de ces branches les plus etendues et qui ne tiennent. pas 
compte du cours des rivieres, celle, par exemple, qui part de Perigueux,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.