Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1115307
CLOCHER 
336 
a la chute des noues. Mais ce couronnement date du xve sieclo. Nous 
sommes dispose a croire que, dans l'origine, letage a jour etait ter- 
mine par des gables dinegale hauteur, ainsi que le fait voir notre 
tigure, et conformemtent a certains exemples de clochers romans de 
la Champagne. 
Nous avons dü, jusquh present, n'indiquer les clochers centraux des 
eglises normandes que pour menloire, non que ces clochers n'aient 
eu une grande importance, mais parce qu'ils offrent, ainsi que nous 
l'avons dit au commencement de cet article, une disposition toute par- 
ticuliere, et qu'ils sont bien plutot des lanternes destinees a donner 
de la lumiere et de Pelevation au centre des eglises que des clochers 
proprement dits. En effet, les clochers centraux normands anterieurs 
au X1119 siecle qui existent encore, comme celui de Saint-George de 
Boscherville, comme les restes de celui de leglise abbatiale de Ju- 
mieges, quoique fort eleves au-dessus du pave de Teglise, ne donnent, 
pour le placement des cloches, qu'un otage RISSQZ bas, sorte de loge 
coiffee d'une immense charpente recouverte de plomb ou d'ardoise. 
Le clocher de Feglise de Saint-George de Boscherville, le plus complet 
peut-etre de tous, et dont la largeur hors oeuvre est de ll metres, ne 
possede qu'un etage superieur destine aux cloches, ayant 4 metres de 
hauteur. Le reste de la tour en contre-bas forme lanterne au centre de 
la croisee. Sur l'otage du betfroi s'eleve une fleche de charpente ziyant 
27 metres de hauteur, passant du carre a Foctogone au moyen de 
coyaux sur les diagonales. Chacune des faces de Petage du beffroi 
est percee de trois baies cintrees divisees par une colonnette. Ce clo- 
cher, ayant comme oeuvre de charpenterie une grande importance, 
doit etre classe parmi les tleches. Le clocher central de l'abbaye 
de Fecamp presente une disposition analogue; celui de l'Abbaye-aux- 
Hommes, a Gaen, ne conserve plus que sa lanterne du X112 siecle, ter- 
minee par un pavillon octogone du xIue siecle ; le clocher central de la 
cathedrale de Rouen prcsente de meme une lanterne a deux etages, 
du x111e siecle, au-dessus de laquelle s'eleve une tour des xve et XVIÜ 
siecles, qui, avant le dernier incendie, etait couronnee par une fleche 
de charpente recouverte de plomb, elevee aux commencement du 
xvne siecle. 
Quelle que soit l'apparence des grandes tours centrales des eglises 
de Normandie, elles n'ont pas, a proprement parler, le caractere de 
veritables clochers; ou du moins ce qui nous en reste, d'une epoque 
tites-posterieure a la periode romane, ne nous offre pas de ces exemples 
complets tels que nous en trouvons dans les autres provinces qui 
composent la France de nos jours. 
Il nous faut revenir aux clochers de facade, lateraux, isoles, portant 
de fond, et enfin a ceux qui s'elevent sur les collateraux des eglises : 
ceux-ci presentent plus de varietes encore, s'il est possible, que les 
clochers centraux. Les architectes, n'etant plus soumis a un programme 
invariable, savoir, de poser une tour sur quatre piles isolees et quatre
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.