Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1114980
CLOCHER 
304 
Chacun sait. qu'en Italie les clochers des eglises sont tous isoles, 
qu'ils composent un monument a part. Mais en Italie, pendant les pre- 
miers siecles du moyen age, les cites avaient conserve leur constitu- 
tion romaine, ou peu s'en faut, et les clochers titaient un monument 
municipal autant qu'un monument religieux. Dans le midi de la France, 
les plus anciens clochers presentenl la memc disposition, et ne font 
pas partie du plan de lliglise. Le clocher de Peirigueux lui-meule est. 
plante sur une portion de Feglise primitive conservee, mais 11e tient 
pas a Fcglisc abbatiale de la tin du xe sieclfl. Les constructeurs peri- 
gotirdins ont voulu utiliser une batissts HIIQIPIIIIO qui leur servit. de 
soubassement, et qui leur permit delever ainsi a une grande hauteur 
leur nouvelle tour, sans depenses trop considcrztliles. Il y a la certai- 
nement une question deeonomie, (tentant que l'on trouve partout, 
dans Peglise de Saint-Front, la marque evirlente d'une penurie de res- 
sources, la volontc dkilever un vaste monument. en (lepensztnt le moins 
possible.  
Il estprobable que, dans les premiers sieclcs du moyen fige, on eleva 
ainsi, en France, atccoles a des ziglises fort. anciennes, mais en dehors 
de leur plan, des clochers auxquels on voulait donner une grande hau- 
teur et. par consequent. une base solide et large. Des le x19 siecte, ce 
qui CHPÜCIQÄPISO le clocher de leglisea et le distingue des tours des cha- 
tcatix ou des habitations plaintes, ce sont : t" ces (etages ajoures supe- 
rieurs destines au plataement, des cloches; 2' les (T-OIIIWIIIIIOIIIPIIlS aigus. 
pyramidaux, de pierre, qui leur servent de toit. Les clochers primitifs 
atfectant, en France, la forme carrtäe en plan, les pyramides de pierre 
qui les couronnent sont elles-infimes a base cari-fie, avec ou sans nerf 
sur les aretiers. Il est (zepentlanttles exceptions a cette regle, et le vieux 
clocher de Perigueux en est une preuve : la le (ronronnement porte 
sur un etage ClPOLllillPC et. est, conique; mais il faut reconnailre, comme 
nous l'avons dejti dit, dans le clocher de Perigucux, une origine etran- 
gere qui servit de type a beaucoup de clochers de Ittuest, car nous 
voyons ces couronnements coniques persister, dans cette partie de la 
France, pendant le xnc siecle, et pcnetret- menu: jusque dans le Bcrry. 
En dehors de cette intluence sortie de Perigucux, cl dont Foriginfi 
peut bien etre byzantine, en (lehors de lkicolc occidentale dont Bran- 
tome est un type, les provinces composant la France de nos jours 
adoptent les clochers pour toutes leurs eglises, grandes ou petites. a 
partir du xi" siecle; mais toutes lfadoptent pas les menues dispositions, 
quant a la place ou fluant a la forme a donner aux clochers. Les ilnes, 
comme YAuVergHe et le Centre, qui, pendant la periorle romane, sont en 
avance sur le Nord et fthteast, plantent leurs clochers d'abord sur la ren- 
contre des transsepts avec la nef, sur la (zroistäe et sur la faeade; les 
autres, connue les provinces francaises proprement dites, les placent en 
avant des nefs et, dans les angles des transsepts. D'autres entin, comme 
les provinces les plus meridionziles, hesitent, ne t'ont pas entrer les clo- 
chers dails le plan generzil de Feglise, ou ne leur donnent, qu'une mi-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.