Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1114843
CLOCHER 
pourleurs clochers, des loi-nies nouvelles, puisqui: la basilique antique 
n'avait rien qui put SGTViP de IHOCiÜiQ a ce genre de construction. 
L'idee d'elever, a la place du narthex, une tour massive propre a la 
defense de Fetntree du monument, dut etre la plus naturelle, et; c'est, 
comme nous l'avons dit plus haut, celle qui fut adoptee. Les construc- 
leurs carlovingiens, preoccuptl-s avant tout il'eltrvei' une deff-nse sur- 
montee d'une guette et d'un signal sonore, ne songerent. pas tout 
d'abord a decorer leurs clochers. Des murs epais llzinques aux illlgiüS 
de contre-forts plats, [ierces a la hase d'une arcade cintrec, aux otages 
intermetliaiircs de rares fenetrtxs, et; couronnes par un erenelzige, une 
loge et un helfroi, (lurent composer nos plus zinciens clochers. Le rcz- 
de-chaussee, voiitc en liercezui plein cintre, ordinairement sur plan 
bai-long t, servait. (le porche. ltareinent un escalier communiquait (lirec- 
tenient de la base au faite du monument, atin de rendre plus difticile 
la prise de cette (lelensc. On n'arrivait, aux (nages superieurs que par 
les combles de la net" ou par une porte pereee a Finltärieur de lkfiglise, 
a quelques nietrcs itu-dessus du pave, et en se servant d'une echellc "l. 
Au point de vue de l'art, ces constructions n'avaient rien de renuir- 
quable. (le devaient etrc de verilahlcs hatisses elevcäcs pour satisfaire 
au besoin du moment. tlfqtenilant le porche, la partie inferieure de 
ledifictz precedant. Pentree, zilfectait; parfois (lesdispositions (leja re- 
cherchces 3. Llircliitecture ronizine primitive etait pauvre en invention ; 
toutes les fois qu'elle ne s'appuyait pas sur une tradition romaine, elle 
clait singuliclxuiieiit sterile. Mais quand, dans YÜuest, (les Vcnitiiäns 
eurent fait pcnctrer les arts qdeux-lncuies avaient ete recueillir en 
Orienttf, il se fit Lino veritablc rcvolulion dans l'art. de batir, rexfolution 
qui, du Perigord et du Linlousin, slitendit, jusque sur la Loire et en 
Poitou. A Perigueux mttme, nous trouvons un innnense clocher qui 
n'est pas moins curieux a etuflier a cause de la date reculee de sa con- 
struction (premieres annees du x12 siecle) que par sa forme ctrzmge 
et la hardiesse de sa structure. Les constructeurs de Saint-Front de 
Perigueux, apres avoir eleve leglise actuelle sur le modE-le de celle 
de Saint-Mari: de Venise, hatirent, sur les restes de Peglise latine (les 
v1" ou vue siecles, une tour carree terminee par une calotte conique 
portee sur des colonnes. Que ce clocher ait ete copie plus ou moins 
tidelement sur l'ancien campanile de Saint-Marc. de Venise, ou qu'il 
ait ete compose, nous ne savons sur quelles donnees, par les archi- 
tectes perigourdins du x12 sibcle, toujours est-il qu'il pPCS-ffllte des 
l Telles sont les bases des clochers de Creteil pros Paris, de Saint-Germaliu des Präs, 
de SaintrSavix1 en Poitou. de Poissy (voy. PORCHE). 
5 Crdteil. De recentes restaurations font malheureusement dispnruitrf: des portions, 
peut-ätre uniques en France, de cette curieuse construction du x1" sieole. M. Patoueillo, 
architecte, a. bien voulu les relever pour nous, et nous avons l'occasion d'y revenir au 
mot Poncma. 
" Crüteil, Snint-Suvin. 
' Voy. Ancumscruxcu, et 1' 
vüitectzzre Ifgzmzline en France, par M.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.