Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1114159
221 
CIIIÜJNIEAU 
forts; ces arcs sont couronnes du cote du dehors par un acrotere en 
talus compose de plusieurs assises, ainsi que l'indique le profil A. On 
ne peut expliquer la hauteur extraordinaire de ce revers de (xheneau 
que connue une garde destinee a empechei- les tuiles ou ardoises qui 
se detachent. de la couverture de tomber sur la voie publique, et a con- 
tenir la neige qui glissait le long des rampants des combles t. Nous 
trouvons des cheneaux analogues a ceux-ci au-dessus du triforium du 
choeur de lligliste Saint-Fltieuuti de Gaen, et qui sont d'une date un peu 
moins zincienne. Les chapelles absidales de Peglise haute de Ghauvigny 
pres Poitiers, qui datent de la premiärrti, moitie du x11" siecle, possedent 
e-galement des acroteres formant, clieneau au-dessus de la corniche. Des 
gargouilles peu saillantes, ou de simples trous peroes de distance en 
distance, jetaient les eaux pluviales a Pexterieur. Dans Plle-de-France, 
la Champagne et la Bourgogne, les (fheneziux n'apparaissent qu'au 
X111" siecle. Mais la disposition des premiers eheneaux de cette epoque 
exige quelques developpements. 
Bien que les murs des edifices romans fussent, fort epais, les char- 
pentes des combles presentaient des pentes inclinees suivant un angle 
plutot alu-dessous qu'au-dessus de 115 degres; les pieds de ces (fhar- 
pentes exigeaient alors une large assiette (voy. Gulxnrnrrru), et. les bouts 
des chevrons, ainsi que la volige et la "tuile, arrivaient au bord des 
Corniches, d'ailleurs peu saillantes; il ne restait. pas de place pour 
etahlir des choneaux a la chute des (iOÜIlÜBS, et les eaux tombaient 
directement sur le sol ou sur les combles inferietirs. On reconnut les 
inconvenients de ce systeme primitif: les eaux, en segouttant ainsi 
le long des parements. les alteraient, entrfiltinaient Phumidite a la base 
des murs et pourrissaient, les fondations; si une tuile venait a glisser, 
elle tombait. sur la tete des passants ou sur un comble inferieur; dans 
PH dernier cas, elle brisait un grand nombre de tuiles et faisait un trou 
dans cette toiture. Si l'on etait dans la necessite de reparer les cou- 
vertures, les eouvreurs, ne pouvant appuyer le pied de leurs eclielltrs 
Bulle part, risquaient de glisser avec elles, ou tout au moins faisaient 
des degats considorables en posant ces echelles sur la couverture 
meme. Cependant, par suite du nouveau syslteme de construction mis 
Pli pratique par les architectes gothiques, ceux-ci etaient amenes a di- 
Inmuer de plus en plus les epaisseurs des murs et meme ales suppri- 
mer entierement. C'est alors qu'ils prirent. le parti de rendre les che- 
Ileaux, pour ainsi dire, indepentlanls de la construction, en les portant 
011 saillie sur des corniches ousur des arcs, ou bien de faire porter les 
charpentes sur les formerets des voiiles bandes a une certaine distance 
des murs a Pinterieur, etde poser les eheneaux sur l'intervalle restant; 
entre ces formerets et le mur exterieur, reduit alors aune faible epais- 
1 L'exemple que nous ddnnons 
'10 Rouen (fin du X110 siäcle). 
ici 
est 
tirä 
des 
chapelles 
absidales 
de 
la 
cathädrale
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.