Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1113946
uuunumäls 
200 
(iOHIPG-CKDLIF A ainsi que le tuyau qui le surmonte portent entierement 
sur un arc pose sur deux corbeaux formant un abri au-dessus de la 
porte (Yentree B sur la rue. Tout en se chatutfailt, 011 voulait voiree qui 
se passait dans la rue, et, non contents de placer les cheminees entre 
les fenetres de la facarle des maisons, lesbotirgeois pereaient. quelque- 
fois une petite fenetre dans le fond meme de la cheminee, d'un cote, 
(le maniere a pouvoir se tenir sous le manteau en ayant vue sur l'exte- 
rieur. Les manteaux des cheminees, lorsque celles-ci prennent plus de 
largeur, sont souvent de bois dans les habitations privees, car il etait 
difficile de se procurer des plates-bandes assez longues et assez resis- 
tantes pour former ces manteaux d'un seul morceau, et leur appareil 
presentait des difficultes. ll existe dans l'une des maisons de ville de 
(lluny, rue d'Avril, n" 13, une grande cheminee logee sur le mur de 
face, avec COHlFG-Cflflll" en encorbellement, dont le manteau est com- 
pose d'une piece courbe de charpente. De chaque cote de la cheminee 
s'ouvrent deux fenetres basses, avec tablettes de pierre au-dessus pour 
recevoir des flambeaux le soir. Ce contre-coeur est de brique a l'inte- 
rieur, de pierre a Fexterieur; la hotte est de moellons. Le manteau de 
bois est porte sur deux fortes consoles de pierre sans pieds-droits. 
Nous donnons (fig. 5) le plan de cette cheminee et (fig. 6) son ele- 
vation perspective. A Pinterieur, la hotte est ovale, et aboutit, en sele- 
4 
j 
I 
     
Ä 
15   
 K if 
vant, a un tuyau circulaire. Souvent des poignees de fer sont attachees 
sous le manteau, afin de permettre a une personne debout de se chauffer 
les pieds l'un apres l'autre, sans fatigue. Parfois aussi des bancs sont 
disposes sur lkitre, des deux cotes des pieds-droits, afin qu'on puisse 
se chauffer en se tenant sous le manteau, lorsque le feu est reduit a 
quelques tisons. Dans ces grandes cheminees, on jetait des troncs 
d'arbres de deux a trois metres de long, et l'on obtenait ainsi des 
foyers de chaleur d'une telle intensite, qu'ils permettaient de chauffer 
de vastes salles. Bien que nos peres fussent moins frileux que nous. 
t1u'ils fussent habitues ä vivre au grand air en toute saison, cependant 
la reunion de la famille au foyer de la salle etait evidemment pour eux 
un des plaisirs les plus vifs durant les longues soirees d'hiver. Le cha-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.