Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1113827
CLIATEAU 
188 
villes, c'est evidemment un lieu de plaisir, retire, parfaitement choisi 
pourjouir a la fois de tous les avantages qu'offrent la solitude et l'ha- 
bitation d'un palais somptueux. Pour comprendre Ghamhord, il faut 
connaitre la cour de Francois I". Ce prince avait passe les premieres 
annees (le sajeunesse pres de sa rnere, la duchesse düngouleme, qui, 
vivant en mauvaise intelligence avecAnne de Brelagne, eloignee de la 
cour, residait tzmlül dans son chateau de Cognac, tantüt a Blois, tantot 
a sa maison de Romoraiitin. Francois avait conserve une affection par- 
ticuliere pour les lieux ou s'etait ecoulee son enfance dans la plus 
CHÜÄBPG liherle. Parvenu au troue, il voulut faire (le Chamhord, qui 
netait jusqu'alors qu'un vieux manoir bati par les comtes de Blois, un 
chatcau magnifique, une residcnce royale. On pretenfl quele Primatice 
fut charge de la construction de Ghambord : le Primatice serait-il la 
pour nous l'assurer, nous ne pourrions le croire, car Ghambord n'a 
aucun des caracteres de l'architecture italienne du commencement du 
xvie siecle; c'est, comme plan, comme aspect et comme construction, 
une oeuvre non-seulement francaise, mais des bords de la Loire. Si l'on 
veut nous accorder que le Primatice ait eleve Ghambord en cherchant 
a s'approprier le style francais, soit; mais alors cette muvre n'est pas 
de lui, il n'y a mis que son nom, et cela nous importe peu t. 
1 Notre vieux poüte Charles de Sainte-Marthe, ne en 1512, mort en 1555, ecrivait, dans 
ses Conseils aux poätes, pendant que l'on bätissnit Chamhord, ces vers pleins de sens, et 
qui font connaitre quelle etnit alors la manie des beaux esprits en France de ne rien 
trouver de bon que ce qui venait d'ltalie : 
a Ne veulx-tu donq, 6 Frangois, y entendre? 
a Ne vrruIx-tlx donq virilcmcnt contendr.) 
a Contre qnolcurxs barbares vstrangicrs 
4: Qm les Frangms disent osm- lügicrstf 
a IVoü PPUllHlBHl-ÜS d'anus; parler caudal-x,- "P 
u C'est sculoluxunl 51 1.1 muuvaxso grnrn 
u Que nous avons des nostrcs dciprisor 
a E! sans propos les uultrcs tant pmscr. 
u Qu'a Pltalw ou toute PAIIÜmuignc, 
u La Grbce, Escosse, Ang-lctlzrrl: ou Espaignc 
a Plus que la France? Est-ce point de tous bu 
a Est-ce qu'ils nnt aux arts plus de moyens  
a Ou leurs esprits plus aiguz que les nostrcs "P 
a Ou bien qu'ils sont plus savans que nous uull 
u Tant s'en fauldra que leur vcuillous aider 
a Que nous dirons plus tost les cxcdder. 
15 Q 
1,3? 
Un seul cas ont (et cela nous thit honte), 
IC'0st que des leurs ils tiennent un grand ( 
E! par aruonr sont ensemble conjoincts, 
Mais nous, Frangois, au contraire, disjoil 
Car nous avons En äcrirc invectives. 
            71 
wmplc, 
zts l 
' "tre des oeuvres frau ais. ucl ue Claude ou Blaisc de Tours ou de Blois, 
(lest quelque ma! 9 
qui aura bill Chambord; ct si le Primaticc y a mis quelque chose, il n'y parait gubrc. 
   f  artiste dlranffer, en faire une faqon de surintendant des bältiments, 
Mans axozr .1 la coux un a
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.