Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1112034
 9  [ CHARPENTE ] 
dant ces sortes de charpentes ne pouvaient durer longtempst; les ar- 
balctriers, n'ayant guere qu'une inclinaison de 4-5 a 50 degres, charges 
de tuiles pesantes, de lourds chevronnages, arrachaient les tenons des 
deux faux entraits et poussaient au vide. (l'est pourquoi, dans la plu- 
part de ces editices, on sureleva les murs goutterots, ainsi que l'indique 
le trace Hi, de facon que la corniche atteignit le niveau des clefs de 
la voüte, et l'on posa des fermes avec entraits K au-dessus des ber- 
ceaux. Mais on peut se rendre compte de Penorme construction inutile 
exigeo par ce dernier moyen. 
Pendant ces essais, la voüte en arcs d'ogive prit naissance. Dans les 
premiers moments, cependant, les clefs des arcs-doubleaux et des arcs 
ogives des voütes nouvelles atteignaient un niveau superieur a celui 
(les frlels des formerets, comme a la cathedrztle de Langres, comme 
encore dans le choeur de la catheilrale de Paris, et il fallut avoir recours 
au systeme de charpente represente dans la figure 6. (le ne fut gui-ire 
qu'au commencement du X1119 siecle que, la voüte en arcs d'ogive ayant 
atteint sa perfection (voy. GoNsTRUGTIONÄfOUTE), les charpentes de com- 
blcs purent se developper librement, et quielles adopterent prompte- 
ment des combinaisons a la fois stables, solides et legeres. 
La plus ancienne charpente elevee au-dessus d'une voüte en arcs 
(Pogive que nous connaissions est celle de la cathedrale de Paris; elle 
ne peut etre posterieure a 12:20, si l'on s'en rapporte a quelques details 
de sculpture et a quelques profils qui la decorent. Mais avant de decrire 
cette charpente, nous devons indiquer les modifications profondes qui 
s'etaient introduites dans l'art de la charpenterie, vers la findu X112 siecle, 
par suite de l'adoption d'un nouveau systeme general de construction. 
Ce nctail plus par Fepaisseurdes murs ou par des culees massives que 
l'on conlre-hutait les voütes centrales des eglises a plusieurs nefs, mais 
par des arcs-boulants reportant les poussees sur le perimetre exterieur 
des editices, quelle que fut leur largeur. (Yetait le systeme d'equilibre 
qui renlplagail; le sysleme antique ou roman (voy. ÜONSTRUCTION); des 
lors, dans les monuments composes de trois ou cinq nefs, les piles in- 
terieures, reduites a un diametre aussi petit que possible, n'avaient plus 
pour fonction que de porter des archivoltes et les naissances des voüles, 
entre les formerets desquelles s'ouvraient de larges fenetres. Ces for- 
merets et archivoltes de fcnetres ne pouvaient recevoir sur leur extra- 
dos que des bahuts dont Fepaisseui- ne devait pas depasser le diametre 
(les piles inlerieures; il resultait de cette innovation que ces bahuts 
presentaient une section {ISSRZ faible, surtout si, comme cela avait lieu 
souvent au commencement. du X1113 siecle, il fallaitencore, outre le bahut, 
trouver, a la partie superieure de feditice, un cheneau pour la distribu- 
' Nous n'avons trouve que des däbris de ces sortes de charpentes assez grossiärement 
exäcutdcs, räcmployds dans des combles d'une cäpoque plus räcente : i: Vdzelay, par excmPlü 
et dans flcdpgtijeg dglises de Bourgogne et du Lyonnais.  
2 Comme dans la nef de Fdglise de Beaune.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.