Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
[Charnier-Console]
Person:
Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel
Persistente ID:
urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1111763
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/resolver?urn=urn:nbn:de:gbv:wim2-g-1113607
CHATEAU 
166 
dence, tant les vieilles tours de leurs chateaux leur inspiraicnt de 
confiance. lfartillerie a feu fut au contraire adoptee avec empresse- 
ment parles armees nationales, par le peuple et la royaute.- Le peuple, 
soit instinct, soit calcul, comprit rapidement qu'il avait cntin entre 
les mains le moyen de detruire cette puissance feodale a laquelle, 
depuis le xiv" siecle, il avait voue une haine mortelle. Une armce de 
vilains ne savait. pas resister a ces hommes couverts de fer, habitues 
des l'enfance au maniement des armes et possedzml cette confiance 
en leur force et leur courage qui supplee au nombre. Les tentatives 
de revolte ouverte avaient ele d'ailleurs (fruellement, chatiees pendant 
le XIVE siecle, et, a la place des vieux chateaux du xnc siecle, les popu- 
lations des campagnes et des bourgades ilVitlOHl. vu, pendant le regne 
de Charles V et. au connnencement de celui de Charles VI, leurs sei- 
gneurs (lresser de nouvelles forteresses aussi imposantes d'aspect 
qu'elles etaieilt bien munies et combinees pour la defcnsff. Les bztrons, 
plus orgueilleux que jamais, Inalgre la diminution de leur puissance 
politique, n'avaient, pas a craindre les soulevements populaires derriere 
 leurs murailles, et regardaient alors un bon chateau 001111116 un moyen 
de composer avec les partis qui flechiraient le pays. La royaute, affai- 
blie, ruinee, sans influence sur ses grands vassaux, semblait en etre 
revenue aux humiliations des (lerniers Garlovingiens. L'invasion etran- 
gere ajoutait encore a ces malheurs, et les seigneurs, soit qu'ils res- 
tassent fideles au roi de France, soit qu'ils prissent parti pour les 
Bourguignons et les Anglais, conservaient leurs places fortes comme 
un moyen d'obtenir des concessions de l'un ou de l'autre parti au 
(letriment des populations, qui, dans ces intrigues et ces marches, 
etaient. toujours foulees et supportaient seules les frais et les dom- 
mages d'une guerre, desastreuse.  
Cependant des bourgeois, des gens de metier, cherchaient a tirer 
parti de la nouvelle puissance militaire que le XIVe siecle avait vue 
naitre, et, vers 1430, grace a leurs efforts, les armees royales pouvaient 
deja dresser des batteries de canons (levant les chateaux (voy. Anam- 
TECTURE MILITAIRE). 
Mais alors, en France, la noblesse comme le peuple etaient. tout 
occupes a chasser les Anglais du royaume, et la grande guerre etouf- 
fait ces querelles de seigneur a seigneur, non qu'elles n'eussent tou- 
jours lieu, mais elles n'avaient pas (l'importance en face des evene- 
ments qui agitaient la nation. Aussi peu de chateaux furent eleves 
pendant cette periode de luttes terribles. Dans les chateaux bätis vers 
le milieu du xv" siecle, on voit cependant que l'artillerie a feu com- 
mence a preoccuper les constructeurs : ceux-ci näibandonnent pas 
l'ancien systeme de courtines flanquees de tours, systeme consacre par 
un trop long usage pour etre mis brusquement. de cote; mais ils le 
modifient dans les details; ils etendent les defenses exterieures et ne 
songent pas encore a placer du canon sur les tours et courtines. Con-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.